BWV 84

Ich bin vergnügt mit meinem Glücke

Je suis satisfait de mon bonheur

(Cantate pour soprano solo)

 

Ich bin vergnügt mit meinem Glücke,

Das mir der liebe Gott beschert.

Soll ich nicht reiche Fülle haben,

So dank ich ihm vor kleine Gaben

Und bin auch nicht derselben wert.

Je suis satisfait de mon bonheur, celui que Dieu m’a accordé. Même si je ne reçois pas une multitude de biens, je suis déjà reconnaissant de ce que j’ai reçu, car je ne le mérite déjà pas.

 

2. Récitatif de soprano

Continuo

Gott ist mir ja nichts schuldig,

Und wenn er mir was gibt,

So zeigt er mir, dass er mich liebt;

Ich kann mir nichts bei ihm verdienen,

Denn was ich tu, ist meine Pflicht.

Ja! wenn mein Tun gleich noch so gut geschienen,

So hab ich doch nichts Rechtes ausgericht’.

Doch ist der Mensch so ungeduldig,

Daß er sich oft betrübt,

Wenn ihm der liebe Gott nicht überflüssig gibt.

Hat er uns nicht so lange Zeit

Umsonst ernähret und gekleidt

Und will uns einsten seliglich

In seine Herrlichkeit erhöhn?

es ist genug vor mich,

Dass ich nicht hungrig darf zu Bette gehn.

 

Dieu ne me doit rien et lorsqu’il me donne quelque chose, il me montre déjà son amour. Je ne puis rien obtenir de lui par mes mérites. Ce que je fais n’est que ce que je dois faire. Oui, aussi louables que me semblent mes actes, je n’ai en fait jamais accompli ce qui est vraiment juste. Mais l’homme est tellement impatient qu’il s’attriste déjà si Dieu ne lui donne pas de manière surabondante. Ne nous a t-il pas depuis si longtemps déjà donner couvert et habit gratis ? et ne veut-il pas plus tard nous élever dans sa splendeur suprême ? C’est suffisant pour moi de ne pas avoir à m’endormir affamé.

Ich esse mit Freuden mein weniges Brot

Und gönne dem Nächsten von Herzen das Seine.

Ein ruhig Gewissen, ein fröhlicher Geist,

Ein dankbares Herze, das lobet und preist,

Vermehret den Segen, verzuckert die Not.

Je mange avec joie le peu de pain qui est le mien et je n’envie pas de suite celui de mon prochain. Une conscience tranquille, un esprit joyeux, un cœur reconnaissant qui loue et rend grâces, augmente la bénédiction et adoucit la détresse.

 

4. Récitatif de soprano

Violons I/II, Violes, Continuo

Im Schweiße meines Angesichts

Will ich indes mein Brot genießen,

Und wenn mein Lebenslauf,

Mein Lebensabend wird beschließen,

So teilt mir Gott den Groschen aus,

Da steht der Himmel drauf.

O! wenn ich diese Gabe

zu meinem Gnadenlohne habe,

So brauch ich weiter nichts.

 

C’est à la sueur de mon front que je veux manger mon pain, et lorsque viendra le crépuscule de ma vie qui mettra un terme à mon existence, Dieu me donnera le denier qui me permet d’atteindre le ciel. Je n’ai besoin de rien d’autre que de recevoir ce don de sa grâce.

5. Choral

Hautbois et Violons I avec Soprani, Violons II avec Alti, Violes avec Ténors, Continuo

Ich leb indes in dir vergnüget

Und sterb ohn alle Kümmernis,

Mir genüget, wie es mein Gott füget,

Ich glaub und bin es ganz gewiß:

Durch deine Gnad und Christi Blut

Machst du’s mit meinem ende gut.

Je vis satisfait en toi et meurs sans aucune inquiétude. Il me suffit que mon Dieu en décide lui-même. Je crois et je suis convaincu que par la grâce et le sang du Christ tu me prépares une merveilleuse fin.

À propos

Distribution

Solo : Soprano, Chœur : S A T B, Hautbois, Violons I/II, Violes, Continuo

Texte

Auteur du livret : sans doute Christian Friedrich Henrici (Picander)

1,2,3,4 : Picander

5: Strophe 12 du choral « Wer weiß, wie nahe mir mein Ende » texte d’ Ämilie Juliane von Schwarzburg-Rudolstadt 1686 ; mélodie du choral « Wer nur den lieben Gott läßt walten » de Georg Neumark (1657)

Références :

BWV 84,0
Titre Ich bin vergnügt mit meinem Glück
ZK (classement chronologique) 164
Date 9 février 1727
Liturgie luthérienne Septuagésime
Liturgie réformée 5ème Dimanche de carème soir / A
Evangile Matthieu 20,1-16 ouvriers embauchès à des heures différentes
AT ou épitre 1 Corinthiens 9,24-10,5
Choral Wer nur den lieben Gott lässt walten
Psaumes et cantiques 224,392
Recueil Alleluia 47/1223/0524/0433/1843/04 (nº5 de la cantate)
KGB 281
ERG 681