BWV 78

Jesu, der du meine Seele

Jésus, toi qui as par ton martyr…

1 . Chœur

Cor avec Soprano, Traverso, Hautbois I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 1

Jesu, der du meine Seele

Hast durch deinen bittern Tod

Aus des Teufels finstern Höhle

Und der schweren Seelennot

Kräftiglich herausgerissen

Und mich solches lassen wissen

Durch dein angenehmes Wort,

Sei doch itzt, o Gott, mein Hort!

Jésus, toi qui as par ton martyre arraché mon âme à l’antre ténébreux du malin et à l’abîme de détresse dans lequel elle se débattait, toi qui m’en as ensuite rendu conscient par ta parole pleine de mansuétude, Sois dorénavant, mon refuge !

2. Air en duo de soprano et d’alto

Orgue, Violoncelle, Violon

Strophe 2

 

Wir eilen mit schwachen, doch emsigen Schritten,

O Jesu, o Meister, zu helfen zu dir.

Du suchest die Kranken und Irrenden treulich.

Ach höre, wie wir

Die Stimmen erheben, um Hülfe zu bitten!

Es sei uns dein gnädiges Antlitz erfreulich!

 

De nos pas faibles mais empressés, nous accourons vers toi, Jésus, notre maître, pour recevoir ton aide. Tu accordes fidèlement tes soins aux malades et aux égarés. Entends comme nos voix s’élèvent pour implorer ton secours ! Puisse la vue de ta face où rayonne la grâce nous dispenser la joie !

3. Récitatif de ténor

Continu

Strophes 3 et 4

 

Ach! ich bin ein Kind der Sünden,

Ach! ich irre weit und breit.

Der Sünden Aussatz, so an mir zu enden,

Verläßt mich nicht in dieser Sterblichkeit.

Mein Wille trachtet nur nach Bösen.

Der Geist zwar spricht: ach! wer wird mich erlösen?

Aber Fleisch und Blut zu zwingen

Und das Gute zu vollbringen,

Ist über alle meine Kraft.

Will ich den Schaden nicht verhehlen,

So kann ich nicht, wie oft ich fehle, zählen.

Drum nehm ich nun der Sünden Schmerz und Pein

Und meiner Sorgen Bürde,

So mir sonst unerträglich würde,

Ich liefre sie dir, Jesu, seufzend ein.

Rechne nicht die Missetat,

Die dich, Herr, erzürnet hat!

Hélas, je suis un enfant du péché, Je me méprends et je fais fausse route. La lèpre du péché, ne me quittera pas aussi longtemps que je serai un pauvre mortel. Ma volonté n’aspire qu’au mal. L’esprit a beau dire : hélas, qui me délivrera ? Il est pourtant au-dessus de mes forces de vaincre la chair et le sang et d’accomplir ce qui est bien. Si je veux ne rien dissimuler de mes fautes, je ne peux pas pour autant dénombrer tous mes manquements. C’est pourquoi je me débarrasse de la douleur, du tourment des péchés et du fardeau de mes soucis, que je ne peux plus supporter et je te les livre, Jésus, tout en soupirant. Ne tiens pas compte de mes crimes par lesquels, Seigneur, j’ai provoqué ta colère.

4. Air de ténor

Traverso, Continu

Strophes 6 et 7

 

Das Blut, so meine Schuld durchstreicht,

Macht mir das Herze wieder leicht

Und spricht mich frei.

Ruft mich der Höllen Heer zum Streite,

So stehet Jesus mir zur Seite,

Daß ich beherzt und sieghaft sei.

Le sang qui efface ma faute me rend un cœur léger et m’absout. Si la légion infernale me défie au combat, Jésus se tient à mes côtés, afin que je sois courageux et vainqueur.

5. Récitatif de basse

Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 8 et 10

Die Wunden, Nägel, Kron und Grab,

Die Schläge, so man dort dem Heiland gab,

Sind ihm nunmehro Siegeszeichen

Und können mir verneute Kräfte reichen.

Wenn ein erschreckliches Gericht

Den Fluch vor die Verdammten spricht,

So kehrst du ihn in Segen.

Mich kann kein Schmerz und keine Pein bewegen,

Weil sie mein Heiland kennt;

Und da dein Herz vor mich in Liebe brennt,

So lege ich hinwieder

Das meine vor dich nieder.

Dies mein Herz, mit Leid vermenget,

So dein teures Blut besprenget,

So am Kreuz vergossen ist,

Geb ich dir, Herr Jesu Christ.

Les plaies, les clous, la couronne et le tombeau du Sauveur, les coups qu’on lui a infligés sont à présent les emblèmes de son triomphe et peuvent m’insuffler des forces nouvelles. Lorsque le terrible tribunal prononcera la malédiction des déchus, tu la transformeras en bénédiction. Nulle souffrance et aucun tourment ne peuvent plus me toucher puisque mon Sauveur les connaît ; Et comme ton cœur brûle d’amour pour moi je te remets le mien en échange. Ce cœur nourri de douleur et arrosé du sang précieux que tu as versé sur la Croix, je te le donne, Seigneur Jésus-Christ.

6. Air de basse

Hautbois I, Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 11

Nun du wirst mein Gewissen stillen,

So wider mich um Rache schreit,

Ja, deine Treue wird’s erfüllen,

Weil mir dein Wort die Hoffnung beut.

Wenn Christen an dich glauben,

Wird sie kein Feind in ewigkeit

Aus deinen Händen rauben.

Tu vas maintenant apaiser ma conscience qui crie vengeance contre moi ; Oui, ton amour fidèle va la pénétrer parce que ta parole procure l’espérance. Lorsque les chrétiens croient en toi, nul ennemi ne saurait jamais les arracher de tes mains.

7. Choral

Traverso à l’octave et Cor et Hautbois I et Violons I avec Soprani, Hautbois II et Violons II avec Alti, Violes avec Ténors, Continuo

Strophe 12

Herr, ich glaube, hilf mir Schwachen,

Laß mich ja verzagen nicht;

Du, du kannst mich stärker machen,

Wenn mich Sünd und Tod anficht.

Deiner Güte will ich trauen,

Bis ich fröhlich werde schauen

Dich, Herr Jesu, nach dem Streit

In der süßen ewigkeit.

Seigneur, je crois, viens au secours de ms faiblesses et ne me laisse pas me décourager ; Toi qui peux me rendre plus fort lorsque le péché et la mort m’assaillent. Je mets ma confiance en ta bonté jusqu’à ce qu’il me soit donné, après le combat, de pouvoir te contempler, Seigneur Jésus, dans les délices de l’éternité.

À propos

Distribution

Soli : S A T B, Chœur : S A T B, Cor, Traverso, Hautbois I/II, Violons I/II, Violes, Violone, Continuo

Texte

Auteur du livret inconnu

Cantate Choral « Jesu, der du meine Seele » texte de Johann Rist (1641) ; mélodie du choral  « Jesu, der du meine Seele » de Johann Rist (1641).

1 : Strophe 1 du choral

2 : Strophe 2 du choral paraphrasée

3 : Strophes 3 et 4 du choral paraphrasées

4 : Strophes 6 et 7 du choral paraphrasées

5 : Strophe 8 et 10 du choral paraphrasées

6 : Strophe 11 du choral paraphrasée

7 : Strophe 12 du choral

Références :

BWV 78,0
Titre Jesu , der du meine Seele
ZK (classement chronologique) 86
Date Dimanche, 10. septembre 1724
Liturgie luthérienne 14ème dimanche après la Trinité
Liturgie réformée 30ème Dimanche / C
AT

Nombres 21 : 4-9 

4Ils partirent de Hor-la-Montagne par la route de la mer des Joncs, en contournant le pays d’Edom, mais le peuple perdit courage en chemin. 5Le peuple se mit à critiquer Dieu et Moïse : « Pourquoi nous avez-vous fait monter d’Egypte ? Pour que nous mourions dans le désert ! Car il n’y a ici ni pain ni eau et nous sommes dégoûtés de ce pain de misère ! » 6Alors le SEIGNEUR envoya contre le peuple des serpents brûlants qui le mordirent, et il mourut un grand nombre de gens en Israël.7Le peuple vint trouver Moïse en disant : « Nous avons péché en critiquant le SEIGNEUR et en te critiquant ; intercède auprès du SEIGNEUR pour qu’il éloigne de nous les serpents ! » Moïse intercéda pour le peuple, 8et le SEIGNEUR lui dit : « Fais faire un serpent brûlant et fixe-le à une hampe : quiconque aura été mordu et le regardera aura la vie sauve. » 9Moïse fit un serpent d’airain et le fixa à une hampe et lorsqu’un serpent mordait un homme, celui-ci regardait le serpent d’airain et il avait la vie sauve.

Épître

Galates 5,16-24

16Ecoutez-moi : marchez sous l’impulsion de l’Esprit et vous n’accomplirez plus ce que la chair désire. 17Car la chair, en ses désirs, s’oppose à l’Esprit – et l’Esprit à la chair ; entre eux, c’est l’antagonisme– pour que, ce que vous voulez faire, vous ne le fassiez pas. 18Mais si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes plus soumis à la loi.19On les connaît, les œuvres de la chair : libertinage, impureté, débauche, 20idolâtrie, magie, haines, discorde, jalousie, emportements, rivalités, dissensions, factions, 21envie, beuveries, ripailles et autres choses semblables ; leurs auteurs, je vous en préviens, comme je l’ai déjà dit, n’hériteront pas du Royaume de Dieu.22Mais voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, 23douceur, maîtrise de soi ; contre de telles choses, il n’y a pas de loi. 24Ceux qui sont au Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

Évangile

Luc 17,11-19 Les dix lépreux

11Or, comme Jésus faisait route vers Jérusalem, il passa à travers la Samarie et la Galilée. 12A son entrée dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance13et élevèrent la voix pour lui dire : « Jésus, maître, aie pitié de nous. » 14Les voyant, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. » Or, pendant qu’ils y allaient, ils furent purifiés. 15L’un d’entre eux, voyant qu’il était guéri, revint en rendant gloire à Dieu à pleine voix. 16Il se jeta le visage contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce ; or c’était un Samaritain. 17Alors Jésus dit : « Est-ce que tous les dix n’ont pas été purifiés ? Et les neuf autres, où sont-ils ? 18Il ne s’est trouvé parmi eux personne pour revenir rendre gloire à Dieu : il n’y a que cet étranger ! » 19Et il lui dit : « Relève-toi, va. Ta foi t’a sauvé. »

 

Choral Jesu, der du meine Seele
Psaumes et cantiques  
Recueil Alleluia  
KGB  
ERG