BWV 57

Selig ist der Mann – Dialogus

Heureux l’homme – Dialogue

1 . Air de basse

Hautbois I et violons I à l’unisson, hautbois II et violons II à l’unisson, Taille et Violes à l’unisson, Orgue, Continuo

Selig ist der Mann, der die Anfechtung erduldet; denn, nachdem er bewähret ist, wird er die Krone des Lebens empfahen.

Heureux l’homme qui supporte la persécution, car après qu’il l’a supporté il recevra la couronne de la vie.

(Jacques 1 : 12)

2. Récitatif de soprano

Orgue obligé et Continuo

Ach! dieser süße Trost

Erquickt auch mir mein Herz,

Das sonst in Ach und Schmerz

Sein ewige Leiden findet

Und sich als wie ein Wurm in seinem Blute windet.

Ich muss als wie ein Schaf bei tausend rauhen Wölfen leben;

Ich bin ein recht verlassnes Lamm,

Und muss mich ihrer Wut

Und Grausamkeit ergeben.

Was Abeln dort betraf,

Erpresset mir auch diese Tränenflut.

Ach! Jesu, wüsst ich hier

Nicht Trost von dir,

So müßte Mut und Herze brechen,

Und voller Trauren sprechen:

Ah ! ce doux réconfort me rafraichit le cœur qui, sans cela, trouverait dans ses douleurs et ses souffrances une punition éternelle et se torturerait comme un ver dans son propre sang. Je dois vivre comme un véritable agneau au beau milieu de milliers de loups. Je suis un agneau condamné et exposé à leur rage et à leur cruauté.  Ce qui arriva jadis à Abel m’arrache des flots de larmes. Ah ! Jésus si je ne savais pas recevoir ta consolation, ma force et mon cœur se briseraient et il me faudrait douloureusement dire :

Ich wünschte mir den Tod,

Wenn du, mein Jesu, mich nicht liebtest.   Ja wenn du mich annoch betrübtest,

So hätt ich mehr als Höllennot.

Je veux mourir et si toi, Jésus, tu ne m’aimais pas, alors oui vraiment tout ce qui m’afflige ne serait qu’un tourment pire que celui de l’enfer.

4. Récitatif en dialogue de Basse et Soprano

Continuo

Seele (Sopran), Jesus (Bass)

 

Bass:

Ich reiche dir die Hand

Und auch damit das Herze.

 

Sopran:

Ach! süßes Liebespfand,

Du kannst die Feinde stürzen

Und ihren Grimm verkürzen.

Jésus (Basse), l’Âme (Soprano)

 

Basse :

Je te tends la main tout comme mon cœur

 

 

Soprano :

Ah ! douce caution de ton amour, tu peux abattre l’ennemi et mettre fin à ses pièges

5. Air de basse

Violons I/II, Violes, Continuo

Ja, ja, ich kann die Feinde schlagen,

Die dich nur stets bei mir verklagen,

Drum fasse dich, bedrängter Geist.

Bedrängter Geist, hör auf zu weinen,

Die Sonne wird noch helle scheinen,

Die dir itzt Kummerwolken weist.

Oui, oui je peux me débarrasser de mes ennemis, qui sans cesse m’accusent. Pauvre esprit anxieux, remues-toi ! Esprit torturé, arrêtes-donc de te plaindre, le soleil accroîtra sa clarté, lui qui sait faire disparaitre tes nuages de soucis.

6. Récitatif en dialogue de basse et soprano

Continuo

Seele (Sopran), Jesus (Bass)

 

Bass:

In meiner Schoß liegt Ruh und Leben,

Dies will ich dir einst ewig geben.

 

Sopran:

Ach! Jesu, wär ich schon bei dir,

Ach striche mir

Der Wind schon über Gruft und Grab,

So könnt ich alle Not besiegen.

Wohl denen, die im Sarge liegen

Und auf den Schall der Engel hofften!

Ach! Jesu, mache mir doch nur,

Wie Stephano, den Himmel offen!

Mein Herz ist schon bereit,

Zu dir hinaufzusteigen.

Komm, komm, vergnügte Zeit!

Du magst mir Gruft und Grab

Und meinen Jesum zeigen.

Jésus (Basse), l’Âme (Soprano)

 

Basse :

C’est en moi que se trouve paix et vie que je te donnerai dans l’éternité

 

Soprano :

Ah si seulement j’étais déjà près de toi, Jésus ! Donne-moi la mort que je puisse vaincre toutes mes angoisses, ce vent qui déjà recouvre ma fosse et mon tombeau. Bienheureux ceux qui reposent déjà dans la tombe et s’ouvrent ainsi à la voix des anges. Ah, Jésus, ouvres-moi ton ciel comme tu l’as fait pour Etienne. Mon cœur est déjà prêt pour cette ascension ! Viens, viens, temps béni…tu peux me faire découvrir la fosse et la tombe, mais aussi Jésus.

7. Air de soprano

Violon solo, Continuo

Ich ende behände mein irdisches Leben,

Mit Freuden zu scheiden verlang ich itzt eben.

Mein Heiland, ich sterbe mit höchster Begier,

Hier hast du die Seele, was schenkest du mir?

Je peux finir ma vie terrestre avec joie et j’aspire à me séparer d’ici-bas. Mon sauveur, je meurs avec le plus grand des souhaits : « voici mon âme, que m’offres-tu ? »

8. Choral

Hautbois I et violons I avec Soprano, hautbois II et violons II avec Alti, Taille et Violes avec ténors, Continuo

Richte dich, Liebste, nach meinem Gefallen und gläube

Dass ich dein Seelenfreund immer und ewig verbleibe,

Der dich ergötzt

Und in den Himmel versetzt

Aus dem gemarterten Leibe.

Conduis ta vie d’après ce qui me plait et croit que je reste vraiment et éternellement l’ami de ton âme, celui qui te réjouit et t’offre son ciel au-delà des souffrances de ton corps.

À propos

Distribution

Soli : Soprano basse, Chœur : S A T B, hautbois I/II, hautbois da caccia, violons I/II, Violes, Continuo

Date d’exécution

26 Décembre 1725

Texte

Livret de Georg Christian Lehms 1711

1 : Jacques 1: 12

2-7 : Georg Christian Lehms 1711

8 : Strophe 6 du choral “Hast du denn, Jesu Liebster, dein Angesicht gänzlich verborgen » Texte d’Ahasverus Fritsch 1668 ; mélodie du choral « Hast du denn, Jesu, dein Angesicht gänzlich verborgen anonyme (Stralsund, 1665)

Occasion liturgique

2ème jour de Noël

 

Références :

Liturgie Luthérienne : 2ème jour de Noël

Liturgie Réformée : Aube ou jour de Noël / A B C

Évangile : Luc 2,15-20 Adoration des bergers

AT ou EP: Tite 3,4-7

Choral: Lobe den Herren, den mächtigen König der Ehren

Tableau de concordance :