BWV 56

Ich will den Kreuzstab gerne tragen

Je porterai volontiers la croix

1 . Air de basse

Hautbois I et Violons I à l’unisson, Hautbois II et Violons II à l’unisson, Taille et Violes à l’unisson, Continuo

Ich will den Kreuzstab gerne tragen,

Er kömmt von Gottes lieber Hand,

Der führet mich nach meinen Plagen

Zu Gott, in das gelobte Land.

Da leg ich den Kummer auf einmal ins Grab,

Da wischt mir die Tränen mein Heiland selbst ab.

Je porterai volontiers la croix, elle vient de la main aimante de Dieu qui me conduit à lui après toutes mes misères jusqu’au pays bien-aimé. Là je laisserai dans la tombe toutes mes peines, là mon sauveur lui-même me sèchera mes larmes.

2. Récitatif de basse

Violoncelle, Continuo

Mein Wandel auf der Welt

Ist einer Schiffahrt gleich:

Betrübnis, Kreuz und Not

Sind Wellen, welche mich bedecken

Und auf den Tod

Mich täglich schrecken;

Mein Anker aber, der mich hält,

Ist die Barmherzigkeit,

Womit mein Gott mich oft erfreut.

Der rufet so zu mir:

Ich bin bei dir,

Ich will dich nicht verlassen noch versäumen!

Und wenn das wütenvolle Schäumen

Sein Ende hat,

So tret ich aus dem Schiff in meine Stadt,

Die ist das Himmelreich,

Wohin ich mit den Frommen

Aus vielem Trübsal werde kommen.

Mon passage sur cette terre est semblable à une traversée maritime : soucis, croix et souffrance sont les vagues qui me submergent et me font craindre la mort chaque jour. Mais l’ancre qui me retient c’est la miséricorde par laquelle mon Dieu me réjouit si souvent quand il me crie : « Je suis près de toi ; je ne te laisse, ni ne t’abandonne » ! Et quand l’écume rageuse disparaitra, alors je quitterai le navire pour entrer dans la ville qui est le Royaume des cieux où tous les bienheureux y viendront allégés de leurs soucis.

Endlich, endlich wird mein Joch

Wieder von mir weichen müssen.

Da krieg ich in dem Herren Kraft,

Da hab ich Adlers Eigenschaft,

Da fahr ich auf von dieser Erden

Und laufe sonder matt zu werden.

O gescheh es heute noch!

Enfin ! Enfin, mon joug me sera ôté. Là je combattrai avec la force du Seigneur, là j’aurai la puissance de l’aigle pour m’échapper de cette terre et courir toujours plus haut. Puisse cela se réaliser aujourd’hui encore !

4. Récitatif et Arioso de basse

Violons I/II, Violes, Continuo

Ich stehe fertig und bereit,

Das Erbe meiner Seligkeit

Mit Sehnen und Verlangen

Von Jesus Händen zu empfangen.

Wie wohl wird mir geschehn,

Wenn ich den Port der Ruhe werde sehn.

Da leg ich den Kummer auf einmal ins Grab,

Da wischt mir die Tränen mein Heiland selbst ab.

Je suis prêt à recevoir des mains du Christ l’héritage de la félicité avec plaisir et impatience. Quel bonheur lorsque j’entreverrai le port de la tranquillité. Là je laisserai dans la tombe toutes mes peines, là mon Sauveur lui-même sèchera mes larmes.

5. Choral

Hautbois II et Violons I avec soprani, Violons II avec alti, Taille et Violes avec ténors, Continuo

Komm, o Tod, du Schlafes Bruder,

Komm und führe mich nur fort;

Löse meines Schiffleins Ruder,

Bringe mich an sichern Port!

Es mag, wer da will, dich scheuen,

Du kannst mich vielmehr erfreuen;

Denn durch dich komm ich herein

Zu dem schönsten Jesulein.

Viens, ô mort, sœur du sommeil. Viens et conduis-moi ; Prend en main le gouvernail de ma barque et emmène-moi jusqu’au port. Te craigne qui le veut, moi, tu ne peux que me réjouir car par toi je m’approche de Jésus.

À propos

Distribution

Solo : Basse, Chœur : S A T B, Hautbois solo, Hautbois I/II, Taille, Violons I/II, Violes, Continuo

Date d’exécution

27octobre 1726

Texte

1-4 : Livret de Christoph Birkmann

5 : Strophe 5 du choral «Du, o schönes Weltgebäude » texte de  Johann Franck 1653 ; mélodie du choral  « Du geballtes Weltgebäude » de Johann Crüger (1649)

Occasion liturgique

19ème Dimanche après la Trinité

Références :

Liturgie Luthérienne : 19ème Dimanche après la Trinité

Liturgie Réformée : 7ème Dimanche / B (Parallèle de Marc)

Évangile : Matthieu 9,1-8 Guérison du paralytique

AT ou EP: Ephésiens 4,22-28

Choral: Du,o schönes Weltgebäude

Tableau de concordance :