BWV 39

Brich dem Hungrigen dein Brot

Partage ton pain avec ceux qui ont faim

1 . Chœur

Flûtes à bec I/II, Hautbois I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Brich dem Hungrigen dein Brot

Und die, so in Elend sind, führe ins Haus!

So du einen nackend siehest,

So kleide ihn und entzeuch

Dich nicht von deinem Fleisch.

Alsdenn wird dein Licht herfürbrechen

Wie die Morgenröte, und deine Besserung wird schnell wachsen,

Und deine Gerechtigkeit wird für dir hergehen,

Und die Herrlichkeit des Herrn wird dich zu sich nehmen.

Partage ton pain avec ceux qui ont faim et héberge les pauvres sans abri. Vêts celui que tu vois nu et ne te dérobe pas devant celui qui est ta propre chair. Alors ta lumière poindra comme l’aurore et ta blessure sera vite cicatrisée. Ta justice te précédera et la gloire du Seigneur t’adoptera. (Esaïe 58,7-8)

2. Récitatif de basse

Continuo

Der reiche Gott wirft seinen Überfluß

Auf uns, die wir ohn ihn auch nicht den Odem haben.

Sein ist es, was wir sind; er gibt nur den Genuß,

Doch nicht, daß uns allein Nur seine Schätze laben.

Sie sind der Probestein,Wodurch er macht bekannt,

Daß er der Armut auch die Notdurft ausgespendet,

Als er mit milder Hand,

Was jener nötig ist, uns reichlich zugewendet.

Wir sollen ihm für sein gelehntes Gut

Die Zinsen nicht in seine Scheuren bringen;

Barmherzigkeit, die auf dem Nächsten ruht,

Kann mehr als alle Gab ihm an das Herze dringen.

Le Dieu généreux nous prodigue son abondance, à nous qui lui devons jusqu’à notre propre souffle. Ce que nous sommes est sien ; Il ne fait que dispenser ses biens, mais ce n’est pas pour que ses trésors ne nous réconfortent que nous seuls. Ils sont la pierre d’angle par laquelle il nous fait savoir qu’il dispense également aux pauvres de quoi suffire à leurs besoins lorsque sa main clémente distribue à profusion ce qui leur est nécessaire. Pour le bien qu’il nous a prêté, nous n’avons pas à lui rapporter de redevance dans ses granges ; Plus que toute offrande, la charité pratiquée à l’égard du prochain sait toucher son cœur.

 

3. Air d’alto

Violon solo, Hautbois I, Continuo

Seinem Schöpfer noch auf Erden

Nur im Schatten ähnlich werden,

Ist im Vorschmack selig sein.

Sein Erbarmen nachzuahmen,

Streuet hier des Segens Samen,

Den wir dorten bringen ein.

Être sur cette terre, ne serait-ce que l’ombre de son créateur, cela revient à connaître un avant-goût de la félicité céleste. Imiter sa miséricorde, c’est disperser ici-bas la semence de bénédiction dont nous ferons la moisson dans l’au-delà.

 

4. Seconde partie – Air de basse

Continuo

Wohlzutun und mitzuteilen vergesset nicht; denn solche Opfer gefallen Gott wohl.

N’oubliez pas la bonté et le partage, car c’est en de pareils sacrifices que Dieu se plaît. (Hébreux 13, 16)

5. Air de soprano

Flûtes à bec I/II à l’unisson, Continuo

Höchster, was ich habe,

Ist nur deine Gabe.

Wenn vor deinem Angesicht

Ich schon mit dem meinen

Dankbar wollt erscheinen,

Willt du doch kein Opfer nicht.

Très-Haut, ce que je possède n’est qu’un don reçu de toi. Si je venais devant ta face, plein de reconnaissance en t’apportant mon bien, ce serait inutile puisque tu ne veux pas d’offrande.

6. Récitatif d’alto

Violons I/II, Violes, Continuo

Wie soll ich dir, o Herr, denn sattsamlich vergelten,

Was du an Leib und Seel mir hast zugutgetan?

Ja, was ich noch empfang, und solches gar nicht selten,

Weil ich mich jede Stund noch deiner rühmen kann?

Ich hab nichts als den Geist, dir eigen zu ergeben,

Dem Nächsten die Begierd, daß ich ihm dienstbar werd,

Der Armut, was du mir gegönnt in diesem Leben,

Und, wenn es dir gefällt, den schwachen Leib der Erd.

Ich bringe, was ich kann, Herr, laß es dir behagen,

Daß ich, was du versprichst, auch einst davon mög tragen.

Comment te redonner pleinement, ô Seigneur, tout ce que tu as offert à ma personne et à mon âme ? Oui et tout ce que je reçois encore et si fréquemment pour que je puisse continuer à chaque heure à te glorifier ? Je n’ai rien d’autre que mon âme à t’offrir, au prochain, ma soif de lui être serviable, aux pauvres, le partage de ce que tu m’as accordé dans cette vie. Et quand il te plaira à la terre, ma faible dépouille. Je fais ce que je peux, Seigneur ; qu’il te plaise que je reçoive aussi un jour ce que tu promets.

7. Choral

Flûtes à bec I/II à l’octave et Hautbois I/II et Violons I avec Soprano, Violons II avec Alti, Violes avec Ténors, Continuo

Selig sind, die aus Erbarmen

Sich annehmen fremder Not,

Sind mitleidig mit den Armen,

Bitten treulich für sie Gott.

Die behülflich sind mit Rat,

Auch, womöglich, mit der Tat,

Werden wieder Hülf empfangen

Und Barmherzigkeit erlangen.

Bienheureux ceux qui par charité prennent sur eux la misère d’autrui, se montrent compatissants envers les pauvres et prient Dieu fidèlement pour eux. Ceux qui aident de leurs conseils et aussi de leurs actes quand ils le peuvent recevront à leur tour le secours qu’ils ont rendu et connaîtront la miséricorde.

À propos

Distribution

Soli : S A B, Chœur : S A T B, Flûtes à bec I/II, Hautbois I/II, Violon solo, Violons I/II, Violes, Continuo

Date d’exécution

23 juin 1726

Texte

Auteur du livret inconnu ;

1 : Esaïe 58,7-8 ;

4 : Hébreux 13,16 ;

7 : Strophe 6 du choral « Freu dich sehr. O meine Seele » texte : David Denicke 1648, mélodie du psautier de Genève, psaume 42, Loys Bourgeois

Occasion liturgique

Dimanche après la Trinité

Références :

Liturgie Luthérienne : Dimanche après la Trinité

Liturgie Réformée : 28ème Dimanche / C

Évangile : Luc 16,19-31 Le pauvre et Lazare

AT ou EP: 1 Jean 4,16-21

Choral: Freu dich sehr, o meine Seele

Tableau de concordance :