BWV 22

Jesus nahm zu sich die Zwölfe

Jésus prit avec lui les Douze

1 . Arioso de ténor et de basse, Chœur

Hautbois, Violons I/II, Violes, Continuo

Arioso Tenor:

Jesus nahm zu sich die Zwölfe und sprach:

 

Arioso Baß:

Sehet, wir gehn hinauf gen Jerusalem, und es wird alles vollendet werden, das geschrieben ist von des Menschen Sohn.

 

Chor:

Sie aber vernahmen der keines und wußten nicht, was das gesaget war.

Arioso Ténor :

Jésus prit avec lui les Douze et leur dit :

 

Arioso Basse : 

Voici que nous montons à Jérusalem et tout ce qui est écrit s’accomplira pour le Fils et l’homme.

 

 

Chœur :

Mais ils n’y comprirent rien et ne savaient pas de quoi il voulait parle

 

(Luc 18, 31 et 34)

 

2. Air d’alto

Hautbois solo, Continuo

Mein Jesu, ziehe mich nach dir,

Ich bin bereit, ich will von hier

Und nach Jerusalem zu deinen Leiden gehn.

Wohl mir, wenn ich die Wichtigkeit

Von dieser Leid- und Sterbenszeit

Zu meinem Troste kann durchgehends wohl verstehn!

Jésus, attire-moi vers toi, je suis prêt, je veux partir d’ici et me rendre à Jérusalem, lieu de tes souffrances. Je serai heureux si, pour ma consolation, je comprends à tout moment la signification de ces moments de souffrance et d’agonie !

3. Récitatif de basse

Violons I/II, Violes, Continuo

Mein Jesu, ziehe mich, so werd ich laufen,

Denn Fleisch und Blut verstehet ganz und gar,

Nebst deinen Jüngern nicht, was das gesaget war.

Es sehnt sich nach der Welt und nach dem größten Haufen;

Sie wollen beiderseits, wenn du verkläret bist,

Zwar eine feste Burg auf Tabors Berge bauen;

Hingegen Golgatha, so voller Leiden ist,

In deiner Niedrigkeit mit keinem Auge schauen.

Ach! kreuzige bei mir in der verderbten Brust

Zuvörderst diese Welt und die verbotne Lust,

So werd ich, was du sagst, vollkommen wohl verstehen

Und nach Jerusalem mit tausend Freuden gehen.

Jésus, attire-moi et j’accourrai, car la chair et le sang ne comprennent vraiment pas ; Comme tes disciples, après les paroles que tu as prononcées ; ils rêvent de posséder le monde et les foules ; Ils veulent d’une part, au jour de ta transfiguration, bâtir une citadelle sur le mont Tabor, mais d’autre part, ils ne veulent pas jeter un regard sur le Golgotha, envahi de toute la souffrance de ton abaissement. Ah ! crucifie en moi, dans mon cœur corrompu, tout d’abord le monde et ses plaisirs interdits ainsi je comprendrai parfaitement tes paroles et je me rendrai à Jérusalem animé de mille joies.

4. Air de ténor

Violons I/II, Violes, Continuo

Mein alles in allem, mein ewiges Gut,

Verbeßre das Herze, verändre den Mut;

Schlag alles darnieder,

Was dieser Entsagung des Fleisches zuwider!

Doch wenn ich nun geistlich ertötet da bin,

So ziehe mich nach dir in Friede dahin!

Mon tout suprême mon bien éternel, rends mon cœur meilleur, transforme mon courage ; Combats tout ce qui s’oppose en moi à la renonciation de la chair ! Car si je suis mortifié dans mon esprit alors tu m’attires vers toi dans la paix.

Ertöt uns durch dein Güte,

Erweck uns durch dein Gnad;

Den alten Menschen kränke,

Daß der neu’ leben mag

Wohl hie auf dieser Erden,

Den Sinn und all Begehren

Und G’danken hab’n zu dir.

Mortifie-nous par ta bonté et éveille-nous par ta grâce ; Extirpe en nous le vieil homme afin que le nouveau puisse vivre bienheureux sur cette terre et que nos sens, nos désirs et nos pensées soient tournés vers toi.

À propos

Distribution

Soli : A T B, Chœur : S A T B, Hautbois, Violon I/II, Viole, Continuo

Texte

Auteur du livret inconnu ;

1 : Luc 18, 31 et 34 ;

5 : Strophe 5 du choral « Herr Christ, der einig’Gott’s Sohn » Texte : Elisabeth Creuzinger 1524. Mélodie : anonyme.

Références :

BWV 22,0
Titre Jesus nahm zu sich die zwölfe
ZK 27
Date Dimanche, 7. février 1723
Liturgie luthérienne Quinquagésime Dimanche Estomihi
Liturgie réformée Samedi saint / Marc (Parallèle Marc)
AT

Jonas 3 : 1-4 : 10

1La parole du SEIGNEUR s’adressa une seconde fois à Jonas : 2« Lève-toi, va à Ninive la grande ville et profère contre elle l’oracle que je te communiquerai. » 3Jonas se leva et partit, mais – cette fois – pour Ninive, se conformant à la parole du SEIGNEUR. Or Ninive était devenue une ville excessivement grande : on mettait trois jours pour la traverser. 4Jonas avait à peine marché une journée en proférant cet oracle : « Encore quarante jours et Ninive sera mise sens dessus dessous », …. 10Dieu vit leur réaction : ils revenaient de leur mauvais chemin. Aussi revint-il sur sa décision de leur faire le mal qu’il avait annoncé. Il ne le fit pas.

Épître

1Corinthiens 13,1-13

1Quand je parlerais en langues, celle des hommes et celle des anges, s’il me manque l’amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante. 2Quand j’aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et de toute la connaissance, quand j’aurais la foi la plus totale, celle qui transporte les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. 3Quand je distribuerais tous mes biens aux affamés, quand je livrerais mon corps aux flammes, s’il me manque l’amour, je n’y gagne rien. 4L’amour prend patience, l’amour rend service, il ne jalouse pas, il ne plastronne pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, 5il ne fait rien de laid, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il n’entretient pas de rancune, 6il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il trouve sa joie dans la vérité. 7Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il endure tout. 8L’amour ne disparaît jamais. Les prophéties ? Elles seront abolies. Les langues ? Elles prendront fin. La connaissance ? Elle sera abolie. 9Car notre connaissance est limitée, et limitée notre prophétie. 10Mais quand viendra la perfection, ce qui est limité sera aboli. 11Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Devenu homme, j’ai mis fin à ce qui était propre à l’enfant. 12A présent, nous voyons dans un miroir et de façon confuse, mais alors, ce sera face à face. A présent, ma connaissance est limitée, alors, je connaîtrai comme je suis connu. 13Maintenant donc ces trois-là demeurent, la foi, l’espérance et l’amour, mais l’amour est le plus grand.

Évangile

Luc 18 ,31-43 Annonce de la passion aveugle de Jéricho

31Prenant les Douze avec lui, Jésus leur dit : « Voici que nous montons à Jérusalem et que va s’accomplir tout ce que les prophètes ont écrit au sujet du Fils de l’homme. 32Car il sera livré aux païens, soumis aux moqueries, aux outrages, aux crachats ; 33après l’avoir flagellé, ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera. » 34Mais eux n’y comprirent rien. Cette parole leur demeurait cachée et ils ne savaient pas ce que Jésus voulait dire.35Or, comme il approchait de Jéricho, un aveugle était assis au bord du chemin, en train de mendier. 36Ayant entendu passer une foule, il demanda ce que c’était. 37On lui annonça : « C’est Jésus le Nazôréen qui passe. » 38Il s’écria : « Jésus, Fils de David, aie pitié de moi ! » 39Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour qu’il se taise ; mais lui criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! » 40Jésus s’arrêta et commanda qu’on le lui amène. Quand il se fut approché, il l’interrogea : 41« Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Il répondit : « Seigneur, que je retrouve la vue ! » 42Jésus lui dit : « Retrouve la vue. Ta foi t’a sauvé. » 43A l’instant même il retrouva la vue et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Tout le peuple voyant cela fit monter à Dieu sa louange.

Choral Herr Christ der einig Gotts Sohn
Psaumes et cantiques 273
Recueil Alleluia 22/0132/0732/0670/02  (nº 5 de la cantate)
KGB  
ERG 390