BWV 20

O Ewigkeit, du Donnerwort !

O Éternité, parole foudroyante !

1 . Première partie – Chœur

Trompette de Tirarsi avec soprani, Hautbois I-III, Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 1

O Ewigkeit, du Donnerwort,

O Schwert, das durch die Seele bohrt,

O Anfang sonder Ende!

O Ewigkeit, Zeit ohne Zeit,

Ich weiß vor großer Traurigkeit

Nicht, wo ich mich hinwende!

Mein ganz erschrocken Herz erbebt,

Daß mir die Zung am Gaumen klebt.

Oh Éternité, parole foudroyante, Oh glaive qui transperce l’âme, Oh commencement sans fin ! Oh Éternité, temps intemporel, ma tristesse est si grande que je ne sais de quel côté me tourner ; Mon cœur tremble tant d’effroi que la langue me colle au palais.

2. Récitatif de ténor

Continuo

Strophe 2

Kein Unglück ist in aller Welt zu finden,

Das ewig dauernd sei:

Es muß doch endlich mit der Zeit einmal verschwinden.

Ach! aber ach! die Pein der Ewigkeit hat nur kein Ziel;

Sie treibet fort und fort ihr Marterspiel,

Ja, wie selbst Jesus spricht:

Aus ihr ist keine Erlösung nicht.

Il n’est aucune infortune sur la terre dont la durée soit éternelle : Le temps finira bien par l’effacer un jour. Hélas ! Mais hélas ! Le supplice de l’éternité n’a pas même d’issue ; Il prolonge sans fin le martyre. Oui, comme jésus le dit lui-même : Hors de lui, point de salut.

3. Air de ténor

Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 3

Ewigkeit, du machst mir Bange: 

Ewig, ewig ist zu lange!

Ach, hier gilt fürwahr kein Scherz.

Flammen, die auf ewig brennen,

Ist kein Feuer gleich zu nennen;

Es erschrickt und bebt mein Herz,

Wenn ich diese Pein bedenke

Und den Sinn zur Höllen lenke.

Éternité, tu m’emplis d’anxiété, L’éternité, c’est vraiment trop long ! Hélas ! Il ne s’agit vraiment pas d’une plaisanterie. Les flammes de l’éternité ne peuvent se comparer à d’autres. Mon cœur est effrayé et tremble quand je pense à ce supplice et que je tourne mes pensées vers les enfers.

4. Récitatif de basse

Continuo

Strophes 4 et 5

Gesetzt, es dauerte der Verdammten Qual.

So viele Jahr, als an der Zahl

Auf Erden Gras, am Himmel Sterne wären;

Gesetzt, es sei die Pein so weit hinausgestellt,

Als Menschen in der Welt

Von Anbeginn gewesen,

So wäre doch zuletzt

Derselben Ziel und Maß gesetzt:

Sie müßte doch einmal aufhören.

Nun aber, wenn du die Gefahr,

Verdammter! tausend millionen Jahr

Mit allen Teufeln ausgestanden,

So ist doch nie der Schluß vorhanden;

Die Zeit, so niemand zählen kann,

Fängt jeden Augenblick

Zu deiner Seelen ewgem Ungelück

Sich stets von neuem an.

Si l’on pense que les tourments des damnés durent autant d’années qu’il n’en faut à l’herbe et aux étoiles pour apparaître sur la terre et dans le ciel ; Si l’on pense que le supplice n’a pas plus de limite que le nombre des hommes sur la terre depuis le début des temps, voici donc ce qui nous en donne le but et la mesure : Il faudrait bien qu’un jour il cessât. Mais si toi, le damné, tu as enduré pendant des millions d’années les souffrances de tous les démons, jamais alors tu n’en verras la fin ; Le temps, que personne ne sait mesurer, renaît à chaque instant, toujours nouveau, pour l’éternel tourment de ton âme.

Gott ist gerecht in seinen Werken:

Auf kurze Sünden dieser Welt

Hat er so lange Pein bestellt;

Ach wollte doch die Welt dies merken!

Kurz ist die Zeit, der Tod geschwind,

Bedenke dies, o Menschenkind!

Dieu est juste ans ses œuvres. Aux brefs péchés de cette terre, Il a donné de longs supplices ; Ah ! Si la terre pouvait seulement s’en souvenir ! Bref est le temps, prompte est la mort à venir, pensez-y, ô enfants des hommes !

6. Air d’alto

Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 7

O Mensch, errette deine Seele,

entfliehe Satans Sklaverei

und mache dich von Sünden frei,

damit in jener Schwefelhöhle der Tod,

so die Verdammten plagt,

nicht deine Seele ewig nagt.

O Mensch, errette deine Seele!

Homme, sauve ton âme, échappe à l’esclavage de Satan et délivre-toi des péchés, pour que la mort, qui accable les damnés, dans le gouffre aux odeurs de soufre ne ronge à jamais ton âme. Homme, cherche le salut de ton âme !

 

7. Choral

Trompette de Tirarsi et Hautbois I/II et Violons I avec soprani, Hautbois III et Violons II avec alti, Violes avec ténors, Continuo

Strophe 8

Solang ein Gott im Himmel lebt

Und über alle Wolken schwebt,

Wird solche Marter währen:

Es wird sie plagen Kält und Hitz,

Angst, Hunger, Schrecken, Feu’r und Blitz

Und sie doch nicht verzehren.

Denn wird sich enden diese Pein,

Wenn Gott nicht mehr wird ewig sein.

Aussi longtemps qu’un Dieu sera aux Cieux pour régner par-delà les nuages, existera alors un tel martyre : Tour à tour accablés par le froid, la chaleur, par la peur et la faim, la frayeur, le feu et la foudre ; ces maux pourtant ne les consumeront pas car ce supplice ne prendrait fin que si Dieu n’était pas éternel.

8. Seconde partie – Air de basse

Trompette de Tirarsi, Hautbois I et Violons I, Hautbois II et Violons II, Hautbois III et Violes à l’unisson, Continuo

Strophe 9

Wacht auf, wacht auf, verlornen Schafe,

ermuntert euch vom Sündenschlafe

und bessert euer Leben bald!

Wacht auf, eh die Posaune schallt,

die euch mit Schrecken aus der Gruft

zum Richter aller Welt

vor das Gerichte ruft!

Réveillez-vous, réveillez-vous, brebis égarées et sortez de la torpeur des péchés ; hâtez-vous de sanctifier votre vie ! Réveillez-vous avant que ne retentisse la trompette qui dans l’effroi vous sortira de la tombe et vous mènera au tribunal divin devant le juge suprême de la terre !

9. Récitatif d’alto

Continuo

Strophe 10

Verlaß, o Mensch, die Wollust dieser Welt,

Pracht, Hoffart, Reichtum, Ehr und Geld;

Bedenke doch In dieser Zeit annoch,

Da dir der Baum des Lebens grünet,

Was dir zu deinem Friede dienet!

Vielleicht ist dies der letzte Tag,

Kein Mensch weiß, wenn er sterben mag.

Wie leicht, wie bald ist mancher tot und kalt!

Man kann noch diese Nacht

Den Sarg vor deine Türe bringen.

Drum sei vor allen Dingen

Auf deiner Seelen Heil bedacht!

Abandonne, homme, les voluptés de cette terre : luxe, vanité, richesses, honneur et argent ; Songe donc dès maintenant, alors que verdit l’arbre de ta vie, à ce qui peut te procurer la paix ; Peut-être est-ce là ton dernier jour, aucun homme ne sait quand il doit mourir. Comme il est facile et rapide pour chacun de nous   de mourir et peut-être que dès cette nuit un cercueil attendra à ta porte. C’est pourquoi songe d’abord au salut de ton âme !

10. Air en duo d’alto et ténor

Continuo

Strophe 11

O Menschenkind,

Hör auf geschwind,

Die Sünd und Welt zu lieben,

Daß nicht die Pein,

Wo Heulen und Zähnklappen sein,

Dich ewig mag betrüben!

Ach spiegle dich am reichen Mann,

Der in der Qual auch nicht einmal

Ein Tröpflein Wasser haben kann!

O enfant de l’homme, tu cesseras vite d’adorer le péché et le monde, pour que le supplice qui te fait hurler et claquer des dents ne te soit pas infligé pour l’éternité !  Ah ! médite l’exemple de l‘homme riche à qui dans la souffrance manque même la moindre goutte d’eau !

11. Choral

Trompette de Tirarsi et Hautbois I/II et Violons I avec Soprani, Hautbois III et Violons II avec Alti, Violes avec ténors, Continuo

Strophe 12

O Ewigkeit, du Donnerwort,

O Schwert, das durch die Seele bohrt,

O Anfang sonder Ende!

O Ewigkeit, Zeit ohne Zeit,

Ich weiß vor großer Traurigkeit

Nicht, wo ich mich hinwende.

Nimm du mich, wenn es dir gefällt,

Herr Jesu, in dein Freudenzelt!

 

O Éternité, parole foudroyante, O glaive qui transperce l’âme, O commencement sans fin ! O Éternité, temps intemporel, ma tristesse est si grande que je ne sais de quel côté me tourner. Reçois-moi, si tu le veux, Seigneur jésus, dans ton ciel de joie !

À propos

Distribution

Soli : A T B, Chœur : S A T B, Trompette de Tirarsi, Hautbois I-III, Violons I/II, Violes, Continuo

Date d’exécution

11 juin 1724

Texte

Auteur du livret inconnu

Cantate choral : « O Ewigkeit, du Donnerwort » texte de Johann Rist 1642, mélodie de « Wach auf, mein Geist, erhebe dich » (1642) « O Ewigkeit, du Donnerwort » (1653) de Johann Schop / Johann Crüger

L’auteur du livret a utilisé une version raccourcie du choral de 12 strophes et non de 16 strophes présente dans le recueil de chorals de Gottfried Vopelius (1682). C’est cette version dont nous utilisons la numérotation.

1 : Strophe 1 du choral

2 : Strophe 2 du choral citation et paraphrase

3 : Strophe 3 du choral citation et paraphrase

4 : Strophes 4 et 5 du choral citation et paraphrase

5 : Strophe 6 du choral citation et paraphrase

6 : Strophe 7 du choral paraphrase

7 : Strophe 8 du choral

8 : Strophe 9 du choral citation et paraphrase

9 : Strophe 10 du choral citation et paraphrase

10 ; Strophe 11 du choral paraphrase

11 ; Strophe 12 du choral

Occasion liturgique

1er  dimanche après la Trinité.

Références :

Liturgie Luthérienne :  1er  dimanche après la Trinité.

Liturgie Réformée : 28ème Dimanche / C

Évangile : Luc 16,19-31 Le riche et Lazare

AT ou EP: 1 Jean 4,16-21

Choral: O Ewigkeit, du Donnerwort

Tableau de concordance :