BWV 189

Meine Seele rühmt und preist

Mon âme te glorifie et t’honore

Cette cantate a été longtemps faussement attribuée à Jean-Sébastien Bach. C’est en fait une cantate pour ténor solo destinée au dimanche de la visitation de Marie de Georg Melchior Hoffmann, musicien leipzigois décédé en 1715.