BWV 186

Ärgre dich, o Seele, nicht

Ne te chagrine pas, ô mon âme

1. Première partie – Chœur

Hautbois I et Violons I à l’unisson, Hautbois II et Violons II à l’unisson, Basson, Continuo

Ärgre dich, o Seele, nicht,
Daß das allerhöchste Licht,
Gottes Glanz und Ebenbild,
Sich in Knechtsgestalt verhüllt,
Ärgre dich, o Seele, nicht!

Ne te chagrine pas, ô mon âme, que la lumière sublime, l’image et l’éclat de Dieu se soit revêtus d’une forme de serviteur ; ne t’en chagrine pas, ô mon âme.

2. Récitatif de basse
Continuo

Die Knechtsgestalt, die Not, der Mangel
Trifft Christi Glieder nicht allein,
Es will ihr Haupt selbst arm und elend sein.
Und ist nicht Reichtum, ist nicht Überfluß
Des Satans Angel,
So man mit Sorgfalt meiden muß?
Wird dir im Gegenteil
Die Last zu viel zu tragen,
Wenn Armut dich beschwert,
Wenn Hunger dich verzehrt,
Und willst sogleich verzagen,
So denkst du nicht an Jesum, an dein Heil.
Hast du wie jenes Volk nicht bald zu essen,
So seufzest du: Ach Herr, wie lange willst du mein vergessen?

La condition de serviteur, la détresse et le besoin, ne sont pas l’apanage des chrétiens. Celui qui veut être leur chef est lui-même pauvre et misérable. La richesse et le superflu ne sont-ils pas des anges de Satan dont on doit se méfier avec soin ? Si au contraire ton fardeau devient trop lourd à porter, si la pauvreté t’accable, si la faim te dévore et qu’aussitôt tu te décourages, c’est que tu ne penses pas à Jésus, à ton salut. N’as-tu pas, comme ces gens-là sitôt à manger que tu ne soupires déjà : Mais Seigneur, combien de temps m’oublieras-tu encore ?

3. Air de basse
Continuo

Bist du, der mir helfen soll,
Eilst du nicht, mir beizustehen?
Mein Gemüt ist zweifelsvoll,
Du verwirfst vielleicht mein Flehen;
Doch, o Seele, zweifle nicht,
Laß Vernunft dich nicht bestricken.
Deinen Helfer, Jakobs Licht,
Kannst du in der Schrift erblicken.

Toi qui dois me secourir, ne voles-tu pas auprès de moi ? Mon âme est en proie au doute, tu rejettes peut-être ma plainte ; Néanmoins, mon âme ne doute pas et ne laisse pas la raison l’emprisonner. Ton secours, lumière de Jacob, tu peux le découvrir dans l’Écriture.

4. Récitatif de ténor
Continuo

Ach, daß ein Christ so sehr
Vor seinen Körper sorgt!
Was ist er mehr?
Ein Bau von Erden,
Der wieder muß zur Erde werden,
Ein Kleid, so nur geborgt.
Er könnte ja das beste Teil erwählen,
So seine Hoffnung nie betrügt:
Das Heil der Seelen,
So in Jesu liegt.
O selig! wer ihn in der Schrift erblickt,
Wie er durch seine Lehren
Auf alle, die ihn hören,
Ein geistlich Manna schickt!
Drum, wenn der Kummer gleich das Herze nagt und frißt,
So schmeckt und sehet doch, wie freundlich Jesus ist.

Mais comment un chrétien peut-il tant se soucier de son corps ? Il n’est rien de plus qu’un tas de terre qui retournera à la terre, qu’un vêtement emprunté. Non le chrétien doit choisir la bonne part, ainsi son espérance n’est jamais trompée : le salut de l’âme repose en Jésus. Heureux celui qui le découvre dans l’Écriture, au travers de son enseignement il envoie à tous ceux qui l’écoutent une véritable manne spirituelle ! C’est pourquoi quand l’affliction vous ronge et vous dévore le cœur, alors goûtez et voyez comme Jésus est bon.

5. Air de ténor
Hautbois, Continuo

Mein Heiland läßt sich merken
In seinen Gnadenwerken.
Da er sich kräftig weist,
Den schwachen Geist zu lehren,
Den matten Leib zu nähren,
Dies sättigt Leib und Geist.

Mon Sauveur se fait reconnaître dans ses œuvres de grâce. Il se révèle puissamment capable d’instruire l’esprit faible, de nourrir le corps épuisé et de satisfaire le corps et l’esprit.

6. Choral

Hautbois I-II, Violons I-II, Violes, Continuo

Ob sichs anließ, als wollt er nicht,
Laß dich es nicht erschrecken;
Denn wo er ist am besten mit,
Da will ers nicht entdecken.
Sein Wort laß dir gewisser sein,
Und ob dein Herz spräch lauter Nein,
So laß dir doch nicht grauen.

Même si tu penses qu’il ne te secourt pas, ne te laisse pas effrayer ; car c’est quand il fait au mieux pour nous qu’il ne se laisse pas reconnaître. Laisse sa parole être certaine pour toi et si ton cœur dit clairement « non », ne te laisse pas pour autant t’aigrir.

7. Seconde Partie – Récitatif de basse

Violons I-II, Violes, Continuo

Es ist die Welt die große Wüstenei;
Der Himmel wird zu Erz, die Erde wird zu Eisen,
Wenn Christen durch den Glauben weisen,
Daß Christi Wort ihr größter Reichtum sei;
Der Nahrungssegen scheint
Von ihnen fast zu fliehen,
Ein steter Mangel wird beweint,
Damit sie nur der Welt sich desto mehr entziehen;
Da findet erst des Heilands Wort,
Der höchste Schatz,
In ihren Herzen Platz:
Ja, jammert ihn des Volkes dort,
So muß auch hier sein Herze brechen
Und über sie den Segen sprechen.

C’est quand le monde n’est plus qu’un grand désert lorsque le ciel se transforme en airain et la terre en fer, que les chrétiens peuvent indiquer par leur foi que la parole du Christ est leur plus grand trésor ; la bénédiction du pain semble presque les fuir, une pénurie constante les afflige, tout cela pour qu’ils se soustraient toujours un peu plus du monde. Car c’est seulement à ce moment-là que le plus grand des trésors qu’est la parole du Sauveur peut prendre sa place dans leurs cœurs : là où son peuple se lamente, là son cœur se brise et il répand sur lui sa bénédiction.

8. Air de soprano

Violons I-II à l’unisson, Continuo

Die Armen will der Herr umarmen
Mit Gnaden hier und dort;
Er schenket ihnen aus Erbarmen
Den höchsten Schatz, das Lebenswort.

Le Seigneur veut entourer les pauvres de sa grâce ici et là, il leur offre le plus grand trésor de sa compassion: sa parole de vie.

9. Récitatif d’alto
Continuo

Nun mag die Welt mit ihrer Lust vergehen;
Bricht gleich der Mangel ein,
Doch kann die Seele freudig sein.
Wird durch dies Jammertal der Gang
Zu schwer, zu lang,
In Jesu Wort liegt Heil und Segen.
Es ist ihres Fußes Leuchte und ein Licht auf ihren Wegen.
Wer gläubig durch die Wüste reist,
Wird durch dies Wort getränkt, gespeist;
Der Heiland öffnet selbst, nach diesem Worte,
Ihm einst des Paradieses Pforte,
Und nach vollbrachtem Lauf
Setzt er den Gläubigen die Krone auf.

Le monde avec ses plaisirs peut disparaître, de même que le dénuement peut apparaitre, l’âme peut toutefois rester sereine. Quand la traversée de cette vallée de larmes est trop cruelle et trop longue, salut et bénédictions se révèlent dans la parole de Jésus. Sa parole est une lampe à leurs pieds et une lumière sur leurs sentiers. Qui traverse le désert avec foi sera abreuvé et nourri de cette parole ; Selon cette parole, le Sauveur lui-même lui ouvre un jour la porte du paradis et après la course achevée du croyant, il déposera sur sa tête la couronne de la victoire.

10. Air en duo de soprano et d’alto

Hautbois I-II, Violons I-II, Violes, Continuo

Laß, Seele, kein Leiden
Von Jesu dich scheiden,
Sei, Seele, getreu!
Dir bleibet die Krone
Aus Gnaden zu Lohne,
Wenn du von Banden des Leibes nun frei.

Mon âme, ne laisse aucune peine te séparer de Jésus, sois fidèle mon âme! La couronne de grâce t’attend comme récompense quand tu seras libérée des liens de la chair.

11. Choral

Hautbois I-II, Violons I-II, Violes, Continuo

Die Hoffnung wart’ der rechten Zeit,
Was Gottes Wort zusaget.
Wenn das geschehen soll zur Freud,
Setzt Gott kein g’wisse Tage.
Er weiß wohl, wenn’s am besten ist,
Und braucht an uns kein arge List,
Des solln wir ihm vertrauen.

L’espérance attend le bon moment, que la parole de Dieu promet. Dieu ne fixe pas de date connue pour l’arrivée de cette heure de joie. Il sait bien quand ce sera le mieux, et il n’utilise envers nous d’aucune malice, c’est pourquoi nous devons lui faire confiance.

À propos

Distribution

Soli : SATB, Chœur : SATB, Hautbois I-II, Taille, Basson, Violons I-II, Violes, Continuo

Date d’exécution

11 juillet 1723

Texte

Auteur du livret : Salomo Franck 1717

1 : Salomo Franck 1717

2 : Anonyme

3 : Salomo Franck 1717

4 : Anonyme

5 : Salomo Franck 1717

: Strophe 12 du choral : « Er ist das Heil uns kommen her » texte de Paul Speratus, mélodie : anonyme

7 : Anonyme

8 : Salomo Franck 1717

9 : Anonyme

10 : Salomo Franck 1717

11 : Strophe 11 du choral : « Er ist das Heil uns kommen her » texte de Paul Speratus, mélodie : anonyme

Occasion liturgique

7ème Dimanche après la Trinité

Références :

Liturgie Luthérienne : 7ème Dimanche après la Trinité

Liturgie Réformée : 19ème Dimanche / A (Parallèle dans Matthieu)

Évangile : Marc 8 ,1-9 Multiplication des pains

AT ou EP: Romains 6,19-23

Choral: Es ist das Heil uns kommen her

Tableau de concordance :