BWV 180

Schmücke dich, o liebe Seele

Orne-toi, ô mon âme

1 . Chœur

Flûtes à bec I/II, HautboisI/II (Hautbois da caccia), Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 1

Schmücke dich, o liebe Seele,

Laß die dunkle Sündenhöhle,

Komm ans helle Lieht gegangen,

Fange herrlich an zu prangen;

Denn der Herr voll Heil und Gnaden

Läßt dich itzt zu Gaste laden.

Der den Himmel kann verwalten,

Will selbst Herberg in dir halten.

Orne-toi, ô mon âme, laisse donc les coins sombres du péché et entre dans la pleine lumière. Commence à briller de mille éclats car le Seigneur plein de salut et de grâce t’accueille maintenant comme son invitée. Celui qui peut administrer le ciel veut t’accueillir lui-même et t’ouvrir son auberge.

2. Air de ténor

Traverso, Continuo

Strophe 2

Ermuntre dich: dein Heiland klopft,

Ach, öffne bald die Herzenspforte!

Ob du gleich in entzückter Lust

Nur halb gebrochne Freudenworte

Zu deinem Jesu sagen mußt.

Réjouis-toi : ton sauveur frappe à la porte, allez, ouvre-lui celle de ton cœur ! Même si dans une émotion si intense tu ne trouves à dire à Jésus que des paroles de joie maladroites.

3. Récitatif et Choral de soprano

Violoncelle piccolo, Continuo

Strophe 4

Rezitativ:

Wie teuer sind des heilgen Mahles Gaben!

Sie finden ihresgleichen nicht.

Was sonst die Welt

Vor kostbar hält,

Sind Tand und Eitelkeiten;

Ein Gotteskind wünscht diesen Schatz zu haben

Und spricht:

 

Choral:

Ach, wie hungert mein Gemüte,

Menschenfreund, nach deiner Güte!

Ach, wie pfleg ich oft mit Tränen

Mich nach dieser Kost zu sehnen!

Ach, wie pfleget mich zu dürsten

Nach dem Trank des Lebensfürsten!

Wünsche stets, daß mein Gebeine

Sich durch Gott mit Gott vereine.

Récitatif :

Combien sont précieux les dons distribués à la Sainte Cène ! Ils n’ont pas leurs pareils.  Aujourd’hui, ce qui a du prix dans ce monde est frivolité et futilité ; Un enfant de Dieu ne souhaite qu’avoir un vrai trésor et il dit :

 

 

 

Choral :

Ami des hommes comme mon cœur est affamé de tes bontés ! Je me soigne tellement souvent avec des larmes pour aspirer à ce but !  Maintenant je me soigne en ayant soif de la boisson du prince de la vie ! Je souhaite continuellement que mon corps s’unisse à Dieu par Dieu.

4. Récitatif d’alto

Flûtes à bec I/II, Continuo

Mein Herz fühlt in sich Furcht und Freude;

Es wird die Furcht erregt

Wenn es die Hoheit überlegt

Wenn es sich nicht in das Geheimnis findet,

Noch durch Vernunft dies hohe Werk ergründet.

Nur Gottes Geist kann durch sein Wort uns lehren,

Wie sich allhier die Seelen nähren,

Die sich im Glauben zugeschickt.

Die Freude aber wird gestärket,

Wenn sie des Heilands Herz erblickt

Und seiner Liebe Größe merket.

Mon cœur ressent à la fois de la crainte et de la joie ; Il ressent de la crainte quand il regarde à ta grandeur et qu’il ne comprend ni par le mystère ni par la raison cette si grande œuvre. Seul l’Esprit de Dieu peut nous la faire concevoir par sa parole. Comment se nourrissent ici les âmes qui se ferment à la foi ? La joie ne peut s’accroître que si elle regarde au cœur du Sauveur et remarque la grandeur de son amour.

5. Air de soprano

Flûtes à bec I/II, HautboisI/II (Hautbois da caccia), Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 7

Lebens Sonne, Licht der Sinnen,

Herr, der du mein alles bist!

Du wirst meine Treue sehen

Und den Glauben nicht verschmähen,

Der noch schwach und furchtsam ist.

Soleil de la vie et lumière des sens, Seigneur, tu es tout pour moi ! Tu verras ma fidélité et ne mépriseras pas ma foi pourtant encore bien faible et craintive.

 

6. Récitatif de basse

Continuo

Strophe 8

Herr, laß an mir dein treues Lieben,

So dich vom Himmel abgetrieben,

Ja nicht vergeblich sein!

Entzünde du in Liebe meinen Geist,

Daß er sich nur nach dem, was himmlisch heißt,

Im Glauben lenke

Und deiner Liebe stets gedenke.

Seigneur, fais que ton amour fidèle qui t’a fait quitter le ciel ne soit pas inutile ! Enflamme mon esprit d’amour afin qu’il se dirige uniquement dans la foi de ce qui vient du ciel et qu’il se souvienne toujours de ton amour.

7. Choral

Continuo

Strophe 9

Jesu, wahres Brot des Lebens,

Hilf, daß ich doch nicht vergebens

Oder mir vielleicht zum Schaden

Sei zu deinem Tisch geladen.

Laß mich durch dies Seelenessen

Deine Liebe recht ermessen,

Daß ich auch, wie itzt auf Erden,

Mög ein Gast im Himmel werden.

Jésus, vrai pain de vie, aide-moi, que je ne sois pas invité à ta table en vain ou peut-être même pour mon malheur. Fais-moi mesurer comme il se doit par ce repas des âmes, ton véritable amour afin que je sois moi aussi comme maintenant sur cette terre, l’invité du ciel.

À propos

Distribution

Soli : S A T B, Chœur : S A T B, Flûtes à bec I/II, Traverso, Hautbois, Hautbois da caccia, Violons I/II, Violes, Violoncelle piccolo, Continuo

Date d’exécution

22 Octobre 1724

Texte

Cantate choral “Schmücke dich, o liebe Seele “ texte de Johann Franck (1649) mélodie du choral homonyme compositeur : Johann Crüger (1649)

: Strophe 1 du choral

2 : Strophe 2 du choral adaptée

3 : Strophe 4 du choral commentée

: Poète inconnu

5 : Strophe 7 du choral adaptée

6 : Strophe 8 du choral adaptée

7 :  Strophe 9 du choral

Occasion liturgique

20ème Dimanche après la Trinité

Références :

Liturgie Luthérienne : 20ème Dimanche après la Trinité

Liturgie Réformée : Lundi saint / Matthieu ou 24ème  Dimanche / C

Évangile : Matthieu 22,1-14 Parabole des invités

AT ou EP: Ephésiens 5,15-21

Choral: Schmücke dich o liebe Seele

Tableau de concordance :