BWV 163

Nur jedem das Seine

A chacun ce qui lui revient

1 . Air de ténor

Violons I/II, Violes, Violoncelle, Continuo

Nur jedem das Seine!

Muß Obrigkeit haben

Zoll, Steuern und Gaben,

Man weigre sich nicht

Der schuldigen Pflicht!

Doch bleibet das Herze dem Höchsten alleine.

A chacun ce qui lui revient ! Aux pouvoirs publics : péages, impôts et redevances ; On ne peut refuser d’acquitter ce qui est dû ! Mais le cœur reste uniquement au Très-Haut.

2. Récitatif de basse

Continuo

Du bist, mein Gott, der Geber aller Gaben;

Wir haben, was wir haben,

Allein von deiner Hand.

Du, du hast uns gegeben

Geist, Seele, Leib und Leben

Und Hab und Gut und Ehr und Stand!

Was sollen wir

Denn dir

Zur Dankbarkeit dafür erlegen,

Da unser ganz Vermögen

Nur dein und gar nicht unser ist?

Doch ist noch eins, das dir, Gott, wohlgefällt:

Das Herze soll allein,

Herr, deine Zinsemünze sein.

Ach! aber ach! ist das nicht schlechtes Geld?

Der Satan hat dein Bild daran verletzet,

Die falsche Münz ist abgesetzet.

Tu es, mon Dieu, le dispensateur de tous les dons ; Ce que nous avons, nous l’avons seulement reçu de ta main. À toi, qui nous a donné l’esprit, l’âme, le corps et la vie, l’avoir, le bien, l’honneur et notre situation, quelle preuve de reconnaissance devons-nous donc fournir, puisque toute notre fortune est uniquement tienne et ne nous appartient pas ? Il est une seule chose qui te soit agréable, ô Dieu : c’est que notre cœur seul soit la monnaie de tes intérêts ! Pourtant, n’est-ce pas là de l’argent sans valeur ! En nous Satan a corrompu ton image, et toute cette fausse monnaie est en circulation.

Laß mein Herz die Münze sein,

Die ich dir, mein Jesu, steure!

Ist sie gleich nicht allzu rein,

Ach, so komm doch und erneure,

Herr, den schönen Glanz bei ihr!

Komm, arbeite, schmelz und präge,

Daß dein Ebenbild bei mir

Ganz erneuert glänzen möge!

Laisse mon cœur être la monnaie avec laquelle je te paie ma dette, Jésus ! Si elle n’est pas parfaitement pure, viens donc, toi-même, en renouveler l’éclat ! Viens, travaille, fonds et frappe cette monnaie pour que ton image resplendisse en moi d’un éclat entièrement nouveau !

Ich wollte dir,

O Gott, das Herze gerne geben;

Der Will ist zwar bei mir,

Doch Fleisch und Blut will immer widerstreben.

Dieweil die Welt

Das Herz gefangen hält,

So will sie sich den Raub nicht nehmen lassen;

Jedoch ich muß sie hassen,

Wenn ich dich lieben soll.

So mache doch mein Herz mit deiner Gnade voll;

Leer es ganz aus von Welt und allen Lüsten

Und mache mich zu einem rechten Christen.

Je voudrais tant, ô mon Dieu, te donner mon cœur ; J’en ai la volonté, mais la chair et le sang toujours s’y opposent. C’est que le monde tient ce cœur prisonnier et ne veut pas se le faire dérober ; Ce monde, je dois donc le haïr si je dois t’aimer. Comble donc mon cœur de ta grâce ; Vide-le entièrement de ce qui est du monde et de ses plaisirs et fais de moi un vrai chrétien.

5. Air en duo de soprano et d’alto (choral aux violons)

Violons et Violes à l’unisson, Continuo

Nimm mich mir und gib mich dir!

Nimm mich mir und meinem Willen,

Deinen Willen zu erfüllen;

Gib dich mir mit deiner Güte,

Daß mein Herz und mein Gemüte

In dir bleibe für und für,

Nimm mich mir und gib mich dir!

Emmène-moi et donne-moi à toi ! Emmène-moi, et remplis ma volonté de la tienne. Donne-toi à moi avec ta bonté afin que mon cœur et mon âme à jamais restent en toi ; Emmène-moi et donne-moi à toi !

6. Choral

Continuo

Führ auch mein Herz und Sinn

Durch deinen Geist dahin,

Daß ich mög alles meiden,

Was mich und dich kann scheiden,

Und ich an deinem Leibe

Ein Gliedmaß ewig bleibe.

Conduis mon cœur et mon âme par ton esprit que j’évite ainsi tout ce qui peut me séparer de toi et que je reste donc éternellement un membre de ton corps.

À propos

Distribution

Soli : S A T B, Chœur : S A T B, Violons I/II, Violes, Violoncelle obligé I/II, Continuo

Texte

Auteur du livret : Salomo Franck 1715 ;

1 : Salomo Franck
2 :
Salomo Franck

3 : Salomo Franck

4 : Salomo Franck

5 : Salomo Franck , mélodie choral au violon « Meinem Jesu lass ich nicht »

6 : Strophe 11 du choral : « Wo soll ich fliehen hin» texte de Johann Heermann 1630, mélodie du choral : « Auf meinen lieben Gott » deuxième mélodie de Caspar von Stieler

Références :

BWV 163,0
Titre Nur jedem das seine
ZK (classement chronologique) 23
Date 24 novembre 1715
Liturgie luthérienne 23ème dimanche après la Trinité
Liturgie réformée 29ème Dimanche / A
AT

1 Sam 20 : 27-42

27Or, le lendemain de la nouvelle lune, le second jour, la place de David resta vide. Saül dit à son fils Jonathan : « Pourquoi le fils de Jessé n’est-il venu au repas ni hier ni aujourd’hui ? » 28Jonathan répondit à Saül : « David a insisté pour aller jusqu’à Bethléem. 29Il m’a dit : “Laisse-moi partir, je t’en prie, car nous avons un sacrifice de famille dans la ville”, et : “Mon frère lui-même me l’a ordonné. Donc, si tu m’es favorable, permets-moi de m’échapper pour aller voir mes frères.” C’est pourquoi il n’est pas venu à la table du roi. » 30Saül se mit en colère contre Jonathan et il lui dit : « Fils d’une dévoyée ! Je sais bien que tu prends parti pour le fils de Jessé, à ta honte et à la honte du sexe de ta mère ! 31Car aussi longtemps que le fils de Jessé vivra sur la terre, tu ne pourras t’affermir, et ta royauté non plus. Maintenant, fais-le saisir, et qu’on me l’amène, car il mérite la mort. » 32Jonathan répondit à son père Saül et lui dit : « Pourquoi serait-il mis à mort ? Qu’a-t-il fait ? » 33Saül jeta la lance contre lui pour le frapper. Jonathan sut alors que c’était chose décidée de la part de son père de mettre à mort David. 34Jonathan, en colère, se leva de table, et il ne mangea rien en ce second jour de la nouvelle lune, car il avait de la peine au sujet de David, car son père l’avait insulté.35Or, le lendemain matin, Jonathan sortit dans la campagne au rendez-vous avec David. Il avait avec lui un petit garçon. 36Il dit à son garçon : « Cours, retrouve-moi les flèches que je vais tirer ! » Le garçon courut, et Jonathan tira la flèche de manière à le dépasser. 37Le garçon parvint à l’endroit où se trouvait la flèche que Jonathan avait tirée, et Jonathan cria derrière le garçon : « Est-ce que la flèche n’est pas au-delà de toi ? » 38Jonathan cria derrière le garçon : « Vite, dépêche-toi, ne t’arrête pas ! » Le garçon de Jonathan ramassa la flèche et revint vers son maître. 39Le garçon ne savait rien ; mais Jonathan et David savaient.40Jonathan donna ses armes à son garçon et il lui dit : « Va les reporter à la ville ! » 41Le garçon rentra. David se leva du côté du midi. Il se jeta la face contre terre, et se prosterna trois fois. Puis ils s’embrassèrent et pleurèrent ensemble jusqu’à ce que David eût pris le dessus. 42Jonathan dit à David : « Va tranquille, puisque nous avons l’un et l’autre prêté ce serment au nom du SEIGNEUR : que le SEIGNEUR soit entre toi et moi, entre ta descendance et ma descendance, à jamais ! »

Épître

Philippiens 3,17-21

17Tous ensemble imitez-moi, frères, et fixez votre regard sur ceux qui se conduisent suivant l’exemple que vous avez en nous. 18Beaucoup, en effet, je vous le disais souvent et le redis maintenant en pleurant, se conduisent en ennemis de la croix du Christ. 19Leur fin sera la perdition ; leur dieu, c’est leur ventre, et leur gloire, ils la mettent dans leur honte, eux qui n’ont à cœur que les choses de la terre. 20Car notre cité, à nous, est dans les cieux, d’où nous attendons, comme sauveur, le Seigneur Jésus Christ, 21qui transfigurera notre corps humilié pour le rendre semblable à son corps de gloire, avec la force qui le rend capable aussi de tout soumettre à son pouvoir.

Évangile

Matthieu 22,15-22 L’impôt à César

15Alors les Pharisiens allèrent tenir conseil afin de le prendre au piège en le faisant parler. 16Ils lui envoient leurs disciples, avec les Hérodiens, pour lui dire : « Maître, nous savons que tu es franc et que tu enseignes les chemins de Dieu en toute vérité, sans te laisser influencer par qui que ce soit, car tu ne tiens pas compte de la condition des gens. 17Dis-nous donc ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer le tribut à César ? » 18Mais Jésus, s’apercevant de leur malice, dit : « Hypocrites ! Pourquoi me tendez-vous un piège ? 19Montrez-moi la monnaie qui sert à payer le tribut. » Ils lui présentèrent une pièce d’argent. 20Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » 21Ils répondent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » 22A ces mots, ils furent tout étonnés et, le laissant, ils s’en allèrent.

Choral Auf meinen Lieben Gott (Mélodie 2)
Psaumes et cantiques  
Recueil Alleluia  
KGB  
ERG