BWV 161

Komm, du süße Todesstunde

Viens, délicieuse heure de ma mort

1 . Air d’alto (choral à l’orgue)

Traversos I/II, Continuo

Komm, du süße Todesstunde,

Da mein Geist

Honig speist

Aus des Löwen Munde;

Mache meinen Abschied süße,

Säume nicht,

Letztes Licht,

Daß ich meinen Heiland küsse.

Viens, délicieuse heure de ma mort, que mon âme se nourrisse du miel de la bouche du lion ; Adoucis mon départ, ne tarde pas, ultime lumière que je puisse embrasser mon Sauveur.

2. Récitatif de ténor

Continuo

Welt, deine Lust ist Last,

Dein Zucker ist mir als ein Gift verhaßt,

Dein Freudenlicht

Ist mein Komete,

Und wo man deine Rosen bricht,

Sind Dornen ohne Zahl

Zu meiner Seele Qual.

Der blasse Tod ist meine Morgenröte,

Mit solcher geht mir auf die Sonne

Der Herrlichkeit und Himmelswonne.

Drum seufz ich recht von Herzensgrunde

Nur nach der letzten Todesstunde.

Ich habe Lust, bei Christo bald zu weiden,

Ich habe Lust, von dieser Welt zu scheiden.

Monde, tes plaisirs me sont un fardeau ; je hais tes douceurs tout autant que tes poisons ; ta joyeuse lumière est fulgurante comme une comète et lorsque je cueille tes roses, leurs innombrables épines sont autant de tourments pour mon âme. La mort livide est en fait mon aurore où se lèvera pour moi le soleil de la gloire et des félicités célestes. C’est pourquoi j’aspire du fond de mon cœur à ma dernière heure, l’heure de la mort. J’ai le désir de me délecter bientôt auprès de Jésus-Christ : J’ai le désir de quitter ce monde.

3. Air de ténor

Violons I/II, Violes, Continuo

Mein Verlangen

Ist, den Heiland zu umfangen

Und bei Christo bald zu sein.

Ob ich sterblich’ Asch und Erde

Durch den Tod zermalmet werde,

Wird der Seele reiner Schein

Dennoch gleich den Engeln prangen.

Mon désir est d’enlacer le Sauveur, d’être bientôt auprès du Christ. Si la mort me réduit, mortelle créature que je suis, en cendre et en poussière, mon âme, elle, resplendira d’un éclat pareil à celui des anges.

4. Récitatif d’alto

Traversos I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Der Schluß ist schon gemacht,

Welt, gute Nacht!

Und kann ich nur den Trost erwerben,

In Jesu Armen bald zu sterben:

Er ist mein sanfter Schlaf.

Das kühle Grab wird mich mit Rosen decken,

Bis Jesus mich wird auferwecken,

Bis er sein Schaf

Führt auf die süße Lebensweide,

Daß mich der Tod von ihm nicht scheide.

So brich herein, du froher Todestag,

So schlage doch, du letzter Stundenschlag!

J’en ai déjà fini ; Bonne nuit, ô monde ! Et puissé-je seulement obtenir la consolation de mourir bientôt dans les bras de Jésus : Il est mon doux repos. La froide tombe me couvrira de roses jusqu’à ce que Jésus me ressuscite, jusqu’à ce qu’il conduise sa brebis au riant pâturage de vie, afin que la mort ne me sépare pas de lui. Surgis-donc, joyeux jour de ma mort, sonne donc toi ma dernière heure !

5. Chœur

Traversos I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Wenn es meines Gottes Wille,

Wünsch ich, daß des Leibes Last

Heute noch die Erde fülle,

Und der Geist, des Leibes Gast,

Mit Unsterblichkeit sich kleide

In der süßen Himmelsfreude.

Jesu, komm und nimm mich fort!

Dieses sei mein letztes Wort.

Si c’est la volonté de mon Dieu, je souhaite que ma dépouille mortelle soit aujourd’hui même mise en terre et que mon esprit, hôte de mon corps, revête l’immortalité dans les suaves joies célestes. 0 jésus, viens et emmène-moi ! Que ce soit ma dernière parole !

6. Choral

Traversos I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Der Leib zwar in der Erden

Von Würmen wird verzehrt,

Doch auferweckt soll werden,

Durch Christum schön verklärt,

Wird leuchten als die Sonne

Und leben ohne Not

In himml’scher Freud und Wonne.

Was schadt mir denn der Tod?

Rendu à la terre le corps sera certes rongé par les vers, mais il est destiné à ressusciter. Splendidement transfiguré par le Christ, il brillera comme le soleil et vivra sans tourment dans les joies et les délices célestes. Que m’importe donc de mourir ?

À propos

Distribution

Soli : A T, Chœur : S A T B, Traversos, Violons I/II, Violes, Continuo

Date d’exécution

27 septembre 1716

Texte

Auteur du livret : Salomo Franck 1715

1 : Salomo Franck

2 : Salomo Franck

3 : Salomo Franck

4 : Salomo Franck

5 : Salomo Franck

6. Strophe 4 du choral «Herzlich thut mich verlangen », texte de  Christoph Knoll 1605, mélodie du choral « Befiehl du deine Wege (I) » de Hans Leo Hassler (1601).

Occasion liturgique

16ème dimanche après la Trinité

Références :

Liturgie Luthérienne : 16ème dimanche après la Trinité

Liturgie Réformée : 9ème Dimanche / C

Évangile : Luc 7: 11-17 Résurrection du fils de la veuve de Naïn

AT ou EP: Ephésiens 3,13-21

Choral: Herzlich tut mir verlangen

Tableau de concordance :