BWV 155

Mein Gott, wie lang, ach lange?

Jusqu’à quand, mon Dieu ?

1 . Récitatif de soprano

Violons I/II, Violes, Continuo

Mein Gott, wie lang, ach lange?

Des Jammers ist zuviel,

Ich sehe gar kein Ziel

Der Schmerzen und der Sorgen!

Dein süßer Gnadenblick

Hat unter Nacht und Wolken sich verborgen,

Die Liebeshand zieht sich, ach! ganz zurück,

Um Trost ist mir sehr bange.

Ich finde, was mich Armen täglich kränket,

Der Tränen Maß wird stets voll eingeschenket,

Der Freuden Wein gebricht;

Mir sinkt fast alle Zuversicht.

Jusqu’à quand, mon Dieu ? C’en est trop de la désolation, je ne vois pas de fin à mes tourments et à mes peines. Ton doux regard miséricordieux s’est caché dans l’obscurité, derrière les nuages ; Ta main clémente s’est hélas à jamais retirée, j’ai très peur de ne plus recevoir de consolation. Chaque jour une pleine mesure de larmes m’est versée pour m’affliger. Infortuné que je suis ; Le vin de la joie s’est tari, tout espoir, ou presque, s’évanouit pour moi.

Du mußt glauben, du mußt hoffen,

Du mußt gottgelassen sein!

Jesus weiß die rechten Stunden,

Dich mit Hilfe zu erfreun.

Wenn die trübe Zeit verschwunden,

Steht sein ganzes Herz dir offen.

Tu dois croire, tu dois espérer, tu dois t’en remettre à Dieu ! Jésus connait les heures auxquelles il convient de t’apporter la joie de son secours. Une fois les temps sombre passés son cœur te sera tout entier ouvert.

3. Récitatif de basse

Continuo

So sei, o Seele, sei zufrieden!

Wenn es vor deinen Augen scheint,

Als ob dein liebster Freund

Sich ganz von dir geschieden;

Wenns er dich kurze Zeit verläßt,

Herz! glaube fest,

Es wird ein Kleines sein,

Da er für bittre Zähren

Den Trost- und Freudenwein

Und Honigseim für Wermut will gewähren!

Ach! denke nicht,

Daß er von Herzen dich betrübe,

Er prüfet nur durch Leiden deine Liebe,

Er machet, daß dein Herz bei trüben Stunden weine,

Damit sein Gnadenlicht

Dir desto lieblicher erscheine;

Er hat, was dich ergötzt,

Zuletzt

Zu deinem Trost dir vorbehalten;

Drum laß ihn nur, o Herz, in allem walten!

Sois donc satisfaite, ô mon âme ! S’il te semble que ton ami bien-aimé s’est entièrement éloigné de toi, s’il te quitte pour quelque temps, crois ferme, mon cœur que ce n’est rien. Car il accordera en échange des larmes amères le vin de la consolation et de la joie et le miel vierge en échange de l’amère douleur ! Ah, ne crois pas qu’il t’afflige à plaisir. Il ne fait qu’éprouver ton amour par la souffrance. Il fait que ton cœur pleure aux heures sombres pour que la lumière de sa grâce t’apparaisse d’autant plus agréable. Il t’a enfin réservé pour ta consolation ce qui te délecte. Laisse-le donc, mon cœur, gouverner toute chose !

Wirf, mein Herze, wirf dich noch

In des Höchsten Liebesarme,

Daß er deiner sich erbarme.

Lege deiner Sorgen Joch,

Und was dich bisher beladen,

Auf die Achseln seiner Gnaden.

Jette-toi, mon cœur, jette-toi encore dans les bras affectueux du Très Haut afin qu’il te fasse miséricorde. Dépose le joug de tes peines et tout ce qui jusqu’ici t’accablait sur les épaules de celui, qui, dans sa grâce, t’en déchargera.

5. Choral

Violons I avec Soprani, Violons II avec Alti, Violes avec Ténors, Continuo

Ob sichs anließ, als wollt er nicht,

Laß dich es nicht erschrecken,

Denn wo er ist am besten mit,

Da will ers nicht entdecken.

Sein Wort laß dir gewisser sein,

Und ob dein Herz spräch lauter Nein,

So laß doch dir nicht grauen.

Bien qu’il semble de pas vouloir se soucier de nous, n’en retire aucune inquiétude, car c’est quand il s’occupe le plus de nous qu’il ne veut pas le laisser paraître ; laisse sa parole acquérir pour toi plus de certitude et si ton cœur n’est que refus, ne t’abandonne pas à l’effroi.

À propos

Distribution

Soli : S A T B, Chœur : S A T B, Basson, Violons I/II, Violes, Continuo

Texte

Auteur du livret Salomo Franck 1715 ;

1 : Salomo Franck

2 : Salomo Franck

3 : Salomo Franck

4 : Salomo Franck

5 : Strophe 12 du choral « Es ist das Heil uns kommen her » texte de Paul Speratus (1523) Mélodie du choral « Es ist das Heil uns kommen her » anonyme.

Références :

BWV 155,0
Titre Mein Gott,wie lang, ach lange
ZK (classement chronologique) 25
Date dimanche, 19. janvier 1716
Liturgie luthérienne 2ème dimanche après l’Epiphanie
Liturgie réformée Dimanche après l’Epiphanie / B
Evangile Jean 2,1-11 Noces de Cana
AT ou épitre Romains 12,6-16
Choral Es ist das heil uns kommen her
Psaumes et cantiques 277
Recueil Alleluia 33/02 (nº5 de la cantate)
KGB 254-49
ERG 274-240