BWV 15

Denn du wirst meine Seele nicht in der Hölle lassen

Car tu ne laisseras pas mon âme aux enfers

Cette cantate a été faussement attribuée à JS Bach.

 

Elle est en fait l’œuvre de son cousin Johann Ludwig Bach de Meiningen. Transcrite par JS et sans doute jouée à Leipzig le 21 avril 1726.