BWV 149

Man singet mit Freuden vom Sieg

On chante des chants de victoire

1 . Chœur

Trompettes I-III, Timbales, Hautbois I-III, Basson, Violons I/II, Viole, Continuo

Man singet mit Freuden vom Sieg in den Hütten der Gerechten: Die Rechte des Herrn behält den Sieg, die Rechte des Herrn ist erhöhet, die Rechte des Herrn behält den Sieg!

On chante des chants de victoire dans les demeures des justes. La droite du Seigneur conserve la victoire, la droite du Seigneur est élevée, la droite du Seigneur conserve la victoire !

(Psaume 118,15-16)

2. Air de basse

Violons, Continuo

Kraft und Stärke sei gesungen

Gott, dem Lamme,das bezwungen

Und den Satanas verjagt,

Der uns Tag und Nacht verklagt.

Ehr und Sieg ist auf die Frommen

Durch des Lammes Blut gekommen.

Que la force et la puissance de Dieu soit chantée, l’agneau qui a vaincu et défait Satan qui nous accusait jour et nuit. La gloire et la victoire sont venues sur les croyants par le sang de l’agneau.

3. Récitatif d’alto

Continuo

Ich fürchte mich

Vor tausend Feinden nicht,

Denn Gottes Engel lagern sich

Um meine Seiten her;

Wenn alles fällt, wenn alles bricht,

So bin ich doch in Ruhe.

Wie wär es möglich zu verzagen?

Gott schickt mir ferner Roß und Wagen

Und ganze Herden Engel zu.

Même mille ennemis je ne les crains pas car l’ange de Dieu campe à mes côtés ; que tout tombe et se brise, je reste serein. Comment serait-il possible de se laisser abattre ? Dieu m’envoie toute une troupe d’anges avec leurs équipages.

4. Air de soprano

Violons I/II, Viole, Continuo

Gottes Engel weichen nie,

Sie sind bei mir allerenden.

Wenn ich schlafe, wachen sie,

Wenn ich gehe,

Wenn ich stehe,

Tragen sie mich auf den Händen.

Les anges de Dieu ne faiblissent jamais, ils sont toujours là pour moi. Quand je dors, ils veillent, que je parte ou que je reste, ils me portent toujours dans leurs mains.

5. Récitatif de ténor

Continuo

Ich danke dir,

Mein lieber Gott, dafür;

Dabei verleihe mir,

Daß ich mein sündlich Tun bereue,

Daß sich mein Engel drüber freue,

Damit er mich an meinem Sterbetage

In deinen Schoß zum Himmel trage.

Je t’en remercie, toi mon Dieu bien-aimé ; Néanmoins pousse-moi à me repentir de mon attitude pécheresse et que mon ange s’en réjouisse, qu’ainsi à ma mort il m’emporte au ciel auprès de toi.

6. Air en duo d’alto et de ténor

Basson, Continuo

Seid wachsam, ihr heiligen Wächter,

Die Nacht ist schier dahin.

Ich sehne mich und ruhe nicht,

Bis ich vor dem Angesicht

Meines lieben Vaters bin.

Soyez vigilants, vous saints gardiens, la nuit est presque là. Je me languis et ne trouve pas le repos tant que je ne suis pas en présence de mon Père bien-aimé.

7. Choral

Trompettes I-III, Timbales, Continuo, Violons I et Hautbois I avec Soprani, Violons II et Hautbois II/III avec Alti, Viole avec Ténors, Basson avec Basses.

Ach Herr, laß dein lieb Engelein

Am letzten End die Seele mein

In Abrahams Schoß tragen,

Den Leib in seim Schlafkämmerlein

Gar sanft ohn einge Qual und Pein

Ruhn bis am jüngsten Tage!

Alsdenn vom Tod erwecke mich,

Daß meine Augen sehen dich

In aller Freud, o Gottes Sohn,

Mein Heiland und Genadenthron!

Herr Jesu Christ, erhöre mich, erhöre mich,

Ich will dich preisen ewiglich!

Ah, laisse Seigneur, ton ange, à mon dernier soupir transporter mon âme dans le sein d’Abraham et mon corps dans sa dernière demeure, sans supplice, ni douleur, pour qu’il repose jusqu’au jour du jugement. A ce moment-là éveille-moi joyeusement de la mort, que mes yeux puissent te voir, toi Fils de Dieu, mon Sauveur, trône de grâce ! Seigneur Jésus-Christ, exauce-moi, exauce-moi, je veux te louer éternellement.

À propos

Distribution

Soli : S A T B, Chœur : S A T B, Trompettes I-III, Timbales, Hautbois I-III, Basson, Violons I/II, Basson, Continuo (+ Violons)

Date d’exécution

29 Septembre 1728

Texte

Christian Friedrich Henrici (Picander) 1728 ;

  1. Psaume 118,15-16 ;
  2. Strophe 3 du choral « Herzlich lieb hab’ ich dich » texte de Martin Schalling (1569), basé sur les psaumes 18 et 73. Melodie : « Herzlich lieb hab ich dich, O Herr » de Mathias Gastritz (Nüremberg/Amberg, 1571), modifiée par Bernhard Schmid (Strasbourg, 1577).

Occasion liturgique

St Michel (29. Septembre)

Références :

Liturgie Luthérienne : St Michel (29. Septembre)

Liturgie Réformée :

Évangile : Matthieu 18,1-11 Le plus grand, un enfant

AT ou EP: Apocalypse 12,7-12

Choral: Herzlich lieb hab ich dich (comme le choral final de la St Jean)

Tableau de concordance :