BWV 138

Warum betrübst du dich, mein Herz?

Pourquoi te désoles-tu mon cœur

 

1 . Choral au chœur et Récitatif à l’alto

Hautbois d’amour I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 1

Chor:

Warum betrübst du dich, mein Herz?

Bekümmerst dich und trägest Schmerz

Nur um das zeitliche Gut?

 

Alt:

Ach, ich bin arm,

Mich drücken schwere Sorgen.

Vom Abend bis zum Morgen

Währt meine liebe Not.

Daß Gott erbarm!

Wer wird mich noch erlösen

Vom Leibe dieser bösen

Und argen Welt?

Wie elend ist’s um mich bestellt!

Ach! wär ich doch nur tot!

 

Chor:

Vertrau du deinem Herren Gott,

Der alle Ding erschaffen hat.

Chœur :

Pourquoi te désoles-tu mon cœur ? Tes soucis et tes douleurs ne se portent-ils que sur les biens de ce monde ?

 

Alto :

Hélas, pauvre de moi, de lourds soucis m’oppressent. Cette chère souffrance dure du soir au matin. Dieu prend pitié ! Qui donc me délivrera de ce corps mortel et de ce monde mauvais et cruel ?  En quelle piteuse posture je me trouve ! Si seulement j’étais déjà mort !

 

 

 

Chœur :

Aie confiance en Dieu, ton Seigneur, qui a créé toute chose.

2. Récitatif de basse

Continuo

Ich bin veracht’,

Der Herr hat mich zum Leiden

Am Tage seines Zorns gemacht;

Der Vorrat, hauszuhalten,

Ist ziemlich klein;

Man schenkt mir vor den Wein der Freuden

Den bittern Kelch der Tränen ein.

Wie kann ich nun mein Amt mit Ruh verwalten,

Wenn Seufzer meine Speise und Tränen das Getränke sein?

Je suis méprisé, le Seigneur m’a voué à la souffrance au jour de sa colère. Les provisions de la maison sont bien maigres ; on me verse au lieu du vin des délices, le calice amer de mes larmes. Comment puis-je faire tranquillement mon devoir lorsque les soupirs sont ma nourriture et les larmes ma boisson.

3. Choral au chœur et Récitatif de soprano et d’alto.

Hautbois d’amour I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 2

Chor:

Er kann und will dich lassen nicht,

Er weiß gar wohl, was dir gebricht,

Himmel und Erd ist sein!

 

Sopran:

Ach, wie?

Gott sorget freilich vor das Vieh,

Er gibt den Vögeln seine Speise,

Er sättiget die jungen Raben,

Nur ich, ich weiß nicht, auf was Weise

Ich armes Kind

Mein bißchen Brot soll haben;

Wo ist jemand, der sich zu meiner Rettung findt?

 

Chor:

Dein Vater und dein Herre Gott,

Der dir beisteht in aller Not.

 

Alt:

Ich bin verlassen,

Es scheint,

Als wollte mich auch Gott bei meiner Armut hassen,

Da er’s doch immer gut mit mir gemeint.

Ach Sorgen,

Werdet ihr denn alle Morgen

Und alle Tage wieder neu?

So klag ich immerfort;

Ach! Armut, hartes Wort,

Wer steht mir denn in meinem Kummer bei?

 

Chor:

Dein Vater und dein Herre Gott,

Der steht dir bei in aller Not.

Chœur :

Il ne peut ni ne veut t’abandonner, il sait fort bien de quoi tu as besoin. Le ciel et la terre sont à lui !

 

Soprano :

Quoi ! comment ? Dieu prend certes bien soin du bétail, il nourrit les oiseaux, il rassasie les oisillons du corbeau, mais moi, son pauvre enfant, je ne sais pas de quelle manière je vais me procurer le peu de pain dont j’ai besoin. Y a t-il quelqu’un près de qui je pourrai trouver secours ?

 

Chœur :

Dieu, ton père et Seigneur qui se tient près de toi dans toutes tes souffrances.

 

Alto :

Je suis abandonné. Il me semble que Dieu veuille lui aussi me haïr dans ma pauvreté alors qu’il ne me voulait jusqu’à présent que du bien. Hélas, les soucis reviennent irrémédiablement tous les matins. Voilà pourquoi je me plains toujours et encore :  Oui, misère, mot terrifiant, qui se tiendra donc près de moi au milieu de ma peine ?

 

 

 

Chœur :

Dieu, ton père et Seigneur qui se tient près de toi dans toutes tes souffrances.

4. Récitatif de ténor

Continuo

Ach süßer Trost! Wenn Gott mich nicht verlassen

Und nicht versäumen will,

So kann ich in der Still

Und in Geduld mich fassen.

Die Welt mag immerhin mich hassen,

So werf ich meine Sorgen

Mit Freuden auf den Herrn,

Und hilft er heute nicht, so hilft er mir doch morgen.

Nun leg ich herzlich gern

Die Sorgen unters Kissen

Und mag nichts mehr als dies zu meinem Troste wissen:

Ô doux réconfort ! Si Dieu ne m’abandonne pas et ne veux pas me délaisser. Ainsi puis-je en silence et patiemment me rassurer. Peu importe que le monde me haïsse si je peux me débarrasser joyeusement de mes soucis sur le Seigneur qui, s’il ne m’aide pas aujourd’hui, m’aidera demain. C’est bien volontiers que je dépose mes soucis sous mon oreiller car tout ce que j’ai besoin de savoir pour ma consolation c’est :

Auf Gott steht meine Zuversicht,

Mein Glaube läßt ihn walten.

Nun kann mich keine Sorge nagen,

Nun kann mich auch kein Armut plagen.

Auch mitten in dem größten Leide

Bleibt er mein Vater, meine Freude,

Er will mich wunderlich erhalten.

Mon assurance repose en Dieu ; ma foi le laisse faire. Aucun souci ne peut plus me ronger, aucune misère ne peut plus me tracasser. Même au plus fort d’une intense souffrance, il reste mon Père et ma joie. Il me maintiendra merveilleusement.

6. Récitatif d’alto

Continuo

Ei nun!

So will ich auch recht sanfte ruhn.

Euch, Sorgen, sei der Scheidebrief gegeben!

Nun kann ich wie im Himmel leben.

Et oui, maintenant je veux me reposer tranquillement. Qu’à vous soucis soit envoyée une lettre de licenciement !  Maintenant je peux vivre comme au ciel.

7. Choral

Hautbois d’amour I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 3

Weil du mein Gott und Vater bist,

Dein Kind wirst du verlassen nicht,

Du väterliches Herz!

Ich bin ein armer Erdenkloß,

Auf Erden weiß ich keinen Trost.

Parce que tu es mon Dieu et mon Père, tu n’abandonneras pas ton enfant, toi cœur paternel ! Je suis une pauvre motte de terre et je sais que je n’ai pas de consolation en ce monde.

 

À propos

Distribution

Soli : S A T B, Chœur : S A T B, Hautbois d’amour I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Texte

Auteur du livret inconnu ;

Choral « Warum betrübst du dich, mein Herz 1561, auteur anonyme. Reste : Poète inconnu.

1 : Strophe 1

3 : Strophe 2

7 : Strophe 3

Références :

BWV 138,0
Titre Warum betrübst du dich, mein Herz
ZK (classement chronologique) 43
Date Dimanche, 5. septembre 1723
Liturgie luthérienne 15ème dimanche après la Trinité
Liturgie réformée 5ème Dimanche / B
AT

1 Rois 18 : 21-40

21Elie s’approcha de tout le peuple et dit : « Jusqu’à quand danserez-vous d’un pied sur l’autre ? Si c’est le SEIGNEUR qui est Dieu, suivez-le, et si c’est le Baal, suivez-le ! » Mais le peuple ne lui répondit pas un mot. 22Elie dit au peuple : « Je suis resté le seul prophète du SEIGNEUR, tandis que les prophètes du Baal sont quatre cent cinquante. 23Qu’on nous donne deux taureaux : qu’ils choisissent pour eux un taureau, qu’ils le dépècent et le placent sur le bûcher, mais sans y mettre le feu, et moi, je ferai de même avec l’autre taureau ; je le placerai sur le bûcher, mais je n’y mettrai pas le feu. 24Puis vous invoquerez le nom de votre dieu, tandis que moi, j’invoquerai le nom du SEIGNEUR. Le Dieu qui répondra par le feu, c’est lui qui est Dieu. » Tout le peuple répondit : « Cette parole est bonne. » 25Elie dit aux prophètes du Baal : « Choisissez-vous un taureau et mettez-vous à l’ouvrage les premiers, car vous êtes les plus nombreux ; invoquez le nom de votre dieu, mais ne mettez pas le feu. » 26Ils prirent le taureau qu’il leur avait donné, se mirent à l’ouvrage et invoquèrent le nom du Baal, depuis le matin jusqu’à midi, en disant : « Baal, réponds-nous ! » Mais il n’y eut ni voix ni réponse. Et ils dansèrent auprès de l’autel qu’on avait fait. 27Alors à midi, Elie se moqua d’eux et dit : « Criez plus fort, c’est un dieu : il a des préoccupations, il a dû s’absenter, il a du chemin à faire ; peut-être qu’il dort et il faut qu’il se réveille. » 28Ils crièrent plus fort et, selon leur coutume se tailladèrent à coups d’épées et de lances, jusqu’à être tout ruisselants de sang. 29Et quand midi fut passé, ils vaticinèrent jusqu’à l’heure de l’offrande. Mais il n’y eut ni voix, ni réponse, ni aucune réaction.30Elie dit à tout le peuple : « Approchez-vous de moi ! » Et tout le peuple s’approcha de lui. Il répara l’autel du SEIGNEUR qui avait été démoli : 31il prit douze pierres, d’après le nombre des tribus des fils de Jacob à qui cette parole du SEIGNEUR avait été adressée : « Ton nom sera Israël. » 32Avec ces pierres, Elie rebâtit un autel au nom du SEIGNEUR ; puis, autour de l’autel, il fit un fossé d’une contenance de deux séas à grains ; 33il disposa le bois, dépeça le taureau et le plaça dessus. 34Il dit : « Remplissez quatre jarres d’eau et versez-les sur l’holocauste et sur le bois ! » Il dit : « Encore une fois ! » Et ils le firent une deuxième fois ; il dit : « Une troisième fois ! » Et ils le firent une troisième fois. 35L’eau se répandit autour de l’autel, et remplissait même le fossé. 36A l’heure de l’offrande, le prophète Elie s’approcha et dit : « SEIGNEUR, Dieu d’Abraham, d’Isaac et d’Israël, fais que l’on sache aujourd’hui que c’est toi qui es Dieu en Israël, que je suis ton serviteur et que c’est par ta parole que j’ai fait toutes ces choses. 37Réponds-moi, SEIGNEUR, réponds-moi : que ce peuple sache que c’est toi, SEIGNEUR, qui es Dieu, que c’est toi qui ramènes vers toi le cœur de ton peuple. »38Le feu du SEIGNEUR tomba et dévora l’holocauste, le bois, les pierres, la poussière, et il absorba l’eau qui était dans le fossé. 39A cette vue, tout le peuple se jeta face contre terre et dit : « C’est le SEIGNEUR qui est Dieu ! c’est le SEIGNEUR qui est Dieu ! » 40Elie leur dit : « Saisissez les prophètes du Baal ! Que pas un ne s’échappe ! » Et on les saisit. Elie les fit descendre dans le ravin du Qishôn où il les égorgea.

Épître

Galates 5,25-6,10

25Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi sous l’impulsion de l’Esprit.26Ne soyons pas vaniteux : entre nous, pas de provocations, entre nous, pas d’envie.6.1 Frères, s’il arrive à quelqu’un d’être pris en faute, c’est à vous, les spirituels, de le redresser dans un esprit de douceur ; prends garde à toi : ne peux-tu pas être tenté, toi aussi ? 2Portez les fardeaux les uns des autres ; accomplissez ainsi la loi du Christ. 3Car, si quelqu’un se prend pour un personnage, lui qui n’est rien, il est sa propre dupe. 4Mais que chacun examine son œuvre à lui ; alors, s’il y trouve un motif de fierté, ce sera par rapport à lui-même et non par comparaison à un autre. 5Car c’est sa propre charge que chacun portera. 6Que celui qui reçoit l’enseignement de la Parole fasse une part dans tous ses biens en faveur de celui qui l’instruit. 7Ne vous faites pas d’illusions : Dieu ne se laisse pas narguer ; car ce que l’homme sème, il le récoltera. 8Celui qui sème pour sa propre chair récoltera ce que produit la chair : la corruption. Celui qui sème pour l’Esprit récoltera ce que produit l’Esprit : la vie éternelle. 9Faisons le bien sans défaillance ; car, au temps voulu, nous récolterons si nous ne nous relâchons pas. 10Donc, tant que nous disposons de temps, travaillons pour le bien de tous, surtout celui de nos proches dans la foi.

Évangile

Matthieu 6,24-34 Sur les inquiétudes

24« Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l’Argent.25« Voilà pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous le vêtirez. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? 26Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n’amassent point dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit ! Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? 27Et qui d’entre vous peut, par son inquiétude, prolonger tant soit peu son existence ? 28Et du vêtement, pourquoi vous inquiéter ? Observez les lis des champs, comme ils croissent : ils ne peinent ni ne filent, 29et je vous le dis, Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’a jamais été vêtu comme l’un d’eux ! 30Si Dieu habille ainsi l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien plus pour vous, gens de peu de foi ! 31Ne vous inquiétez donc pas, en disant : “Qu’allons-nous manger ? qu’allons-nous boire ? de quoi allons-nous nous vêtir ?” 32– tout cela, les païens le recherchent sans répit –, il sait bien, votre Père céleste, que vous avez besoin de toutes ces choses. 33Cherchez d’abord le Royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné par surcroît. 34Ne vous inquiétez donc pas pour le lendemain : le lendemain s’inquiétera de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

Choral  
Psaumes et cantiques  
Recueil Alleluia  
KGB  
ERG