BWV 133

Ich freue mich in dir

Je me réjouis en toi

1 . Chœur

Cors avec Soprano, Hautbois d’amour I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Ich freue mich in dir

Und heiße dich willkommen,

Mein liebes Jesulein!

Du hast dir vorgenommen,

Mein Brüderlein zu sein.

Ach, wie ein süßer Ton!

Wie freundlich sieht er aus,

Der große Gottessohn!

Je me réjouis en toi et te souhaite la bienvenue, à toi l’enfant Jésus ! Tu t’es promis d’être mon frère. Quels doux accents ! Comme il aparait aimable le Fils de Dieu !

Getrost! es faßt ein heilger Leib

Des Höchsten unbegreiflichs Wesen.

Ich habe Gott – wie wohl ist mir geschehen!

Von Angesicht zu Angesicht gesehen.

Ach! meine Seele muß genesen.

Confiance ! L’essence insaisissable du très-haut est contenue dans un corps saint. Incroyable ! J’ai vu Dieu face à face, comment est-ce possible ! Oui, mon âme peut guérir.

3. Récitatif de ténor

Continuo

Ein Adam mag sich voller Schrecken

Vor Gottes Angesicht Im Paradies verstecken!

Der allerhöchste Gott kehrt selber bei uns ein:

Und so entsetzet sich mein Herze nicht;

Es kennet sein erbarmendes Gemüte

Aus unermeßner Güte Wird er ein kleines Kin

Und heißt mein Jesulein.

 

Adam, terrorisé, lui, au paradis, dut se cacher de la face de Dieu ! Le Dieu très-haut s’est tourné lui-même vers nous et mon cœur n’a plus de crainte car il connaît son caractère compatissant. Dans son immense bonté il est devenu un petit enfant et s’appelle Jésus.

Wie lieblich klingt es in den Ohren,

Dies Wort: mein Jesus ist geboren,

Wie dringt es in das Herz hinein!

Wer Jesu Namen nicht versteht

Und wem es nicht durchs Herze geht,

Der muß ein harter Felsen sein.

Jésus est né !  Voilà des mots qui sonnent bien à l’oreille et s’imposent à mon cœur ! Celui qui ne saisit pas le nom de Jésus et pour qui ce nom ne va pas droit au cœur, doit être aussi dur que la pierre.

5. Récitatif de basse

Continuo

Wohlan, des Todes Furcht und Schmerz

Erwägt nicht mein getröstet Herz.

Will er vom Himmel sich

Bis zu der Erde lenken,

So wird er auch an mich

In meiner Gruft gedenken.

Wer Jesum recht erkennt,

Wer stirbt nicht, wenn er stirbt,

Sobald er Jesum nennt.

Allons, mon cœur confiant ne se préoccupe plus de la crainte et de la douleur de la mort. Puisqu’il est venu du ciel sur terre, il saura bien aussi se souvenir de moi lorsque je serai dans ma tombe. Celui qui connaît Jésus, celui-là ne connaît pas la mort même s’il meurt aussitôt qu’il prononce le nom de Jésus.

6. Choral

Cors et Hautbois d’amour I et Violons I avec Soprani, Hautbois d’amour II e Violons II avec Alti, Violes avec Ténors, Continuo

Wohlan, so will ich mich

An dich, o Jesu, halten,

Und sollte gleich die Welt

In tausend Stücken spalten.

O Jesu, dir, nur dir,

Dir leb ich ganz allein;

Auf dich, allein auf dich,

Mein Jesu, schlaf ich ein.

 

Ainsi, je veux me tenir à tes côtés, Jésus. Et même si le monde éclate en mille morceaux, pour toi seulement, et pour toi seul je veux vivre. Sur toi seulement et sur toi seul, je veux m’endormir.

À propos

Distribution

Soli : S A T B, Chœur : S A T B, Cors, Hautbois d’amour I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Texte

Auteur du livret inconnu ; Peut-être Christian Weiss, Junior

1 : Strophe 1 du choral « Ich freue mich in dir » texte de Kaspar (Caspar) Ziegler (1697) ; Mélodie 3 du choral « O Gott, du frommer Gott », anonyme.

6 : Strophe 4 du choral « Ich freue mich in dir » texte de Kaspar (Caspar) Ziegler (1697) ; Mélodie 3 du choral « O Gott, du frommer Gott », anonyme

Références :

BWV 133,0
Titre Ich freue mich in dir
ZK (classement chronologique) 103
Date Mercredi, 27. décembre 1724
Liturgie luthérienne 3ème jour de Noël
Liturgie réformée Matin de Noël / A B C
AT  
Épître

Hébreux 1,1-14

1Après avoir, à bien des reprises et de bien des manières, parlé autrefois aux pères par les prophètes, Dieu, 2en la période finale où nous sommes, nous a parlé à nous par un Fils qu’il a établi héritier de tout, par qui aussi il a créé les mondes. 3Ce Fils est resplendissement de sa gloire et expression de son être et il porte l’univers par la puissance de sa parole. Après avoir accompli la purification des péchés, il s’est assis à la droite de la Majesté dans les hauteurs, 4devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom bien différent du leur.5Auquel des anges, en effet, a-t-il jamais dit : Tu es mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré ?  et encore : Moi, je serai pour lui un père et lui sera pour moi un fils ?6Par contre, lorsqu’il introduit le premier-né dans le monde, il dit : Et que se prosternent devant lui tous les anges de Dieu.7Pour les anges, il a cette parole : Celui qui fait de ses anges des esprits et de ses serviteurs une flamme de feu.8Mais pour le Fils, celle-ci : Ton trône, Dieu, est établi à tout jamaisx ! et : Le sceptre de la droiture est sceptre de ton règne. 9Tu aimas la justice et détestas l’iniquité, c’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu te donna l’onction d’une huile d’allégresse, de préférence à tes compagnons. 10Et encore : C’est toi qui, aux origines, Seigneur, fondas la terre, et les cieux sont l’œuvre de tes mains. 11Eux périront, mais toi, tu demeures. Oui, tous comme un vêtement vieilliront 12et comme on fait d’un manteau, tu les enrouleras, comme un vêtement, oui, ils seront changés, mais toi, tu es le même et tes années ne tourneront pas court.13Et auquel des anges a-t-il jamais dit : Siège à ma droite, de tes ennemis, je vais faire ton marchepied ?14Ne sont-ils pas tous des esprits remplissant des fonctions et envoyés en service pour le bien de ceux qui doivent recevoir en héritage le salut ?

Évangile

Jean 1,1-14 Prologue de jean

1Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu. 2Il était au commencement tourné vers Dieu. 3Tout fut par lui, et rien de ce qui fut, ne fut sans lui. 4En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes, 5et la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point comprise. 6Il y eut un homme, envoyé de Dieu : son nom était Jean. 7Il vint en témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui. 8Il n’était pas la lumière, mais il devait rendre témoignage à la lumière. 9Le Verbe était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, illumine tout homme. 10Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l’a pas reconnu. 11Il est venu dans son propre bien, et les siens ne l’ont pas accueilli. 12Mais à ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. 13Ceux-là ne sont pas nés du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu. 14Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père.

Choral Ich freue mich in dir
Psaumes et cantiques  
Recueil Alleluia  
KGB  
ERG