BWV 13

Meine Seufzer, meine Tränen

Mes soupirs et mes gémissements !

1 . Air de ténor

Flûtes à bec I/II, Hautbois da caccia, Continuo

Meine Seufzer, meine Tränen
Können nicht zu zählen sein.
Wenn sich täglich Wehmut findet
Und der Jammer nicht verschwindet,
Ach! so muß uns diese Pein
Schon den Weg zum Tode bahnen.

Mes soupirs et mes gémissements ne se comptent plus, car chaque jour j’y trouve tant de douleur et la détresse ne disparaît pas. Hélas ! ces tourments nous placent déjà sur le chemin de la mort.

2. Récitatif d’alto
Continuo

Mein liebster Gott lässt mich annoch
Vergebens rufen und mir in meinem Weinen
Noch keinen Trost erscheinen.
Die Stunde lässet sich zwar wohl von ferne sehen,
Allein ich muss doch noch vergebens flehen.

Mon Dieu bien-aimé me laisse encore dans ma détresse n’apportant à mes cris et à mes pleurs aucune consolation. Je crois pourtant voir poindre au loin l’heure du réconfort mais il me faut encore implorer sa miséricorde.

3. Choral à l’alto

Flûtes à bec I/II et Hautbois da caccia avec alto, Violons I/II, Violes, Continuo

 A
Flûte I/II et Hautbois da
cacciacoll’Alto, Violon I/II, Viole, Continuo

Der Gott, der mir hat versprochen

Seinen Beistand jederzeit,

Der läßt sich vergebens suchen

Jetzt in meiner Traurigkeit.

Ach! Will er denn für und für

Grausam zürnen über mir,

Kann und will er sich der Armen

Itzt nicht wie vorhin erbarmen?

Le Dieu qui m’avait promis son soutien à tout instant, ne se montre pas dans ma détresse. Hélas! Se serait-il mis en colère contre moi ? Ou bien ne peut-il plus ou ne veut-il plus avoir pitié des malheureux, comme auparavant ?

4. Récitatif de soprano

Continuo

Mein Kummer nimmet zu

Und raubt mir alle Ruh,

Mein Jammerkrug ist ganz mit Tränen angefüllet,

Und diese Not wird nicht gestillet,

So mich ganz unempfindlich macht.

Der Sorgen Kummernacht

Drückt mein beklemmtes Herz darnieder,

Drum sing ich lauter Jammerlieder.

Doch, Seele, nein,

Sei nur getrost in deiner Pein:

Gott kann den Wermutsaft gar leicht in Freudenwein verkehren

Und dir alsdenn viel tausend Lust gewähren.

Voici que mes tourments s’aggravent et m’ôtent toute paix ; mon sac de peines est rempli de larmes et comme rien ne vient adoucir ma misère, je finis par y devenir insensible. Des nuits d’insomnies oppressent mon cœur, voilà pourquoi je chante tant de chants désespérés. Pourtant, ô mon âme, ne reste pas ainsi, prends courage dans ton malheur ; Car Dieu aura vite fait de transformer la coupe d’amertume en un vin de fête et il te procurera alors d’innombrables plaisirs.

 

5. Air de basse

Violon solo, Flûtes à bec I/II à l’unisson, Continuo

Ächzen und erbärmlich Weinen

Hilft der Sorgen Krankheit nicht;

Aber wer gen Himmel siehet

Und sich da um Trost bemühet,

Dem kann leicht ein Freudenlicht

In der Trauerbrust erscheinen.

Geindre et se lamenter pitoyablement n’aide en rien lorsque l’on est ivre de soucis ? Mais qui regarde vers le ciel et y cherche son réconfort verra vite un rayon de bonheur traverser son cœur plein de tristesse.

6. Choral

Flûtes à bec et Hautbois et Violons I avec soprano, Violons II avec alto, Violes avec ténors, Continuo

 

So sei nun, Seele, deine

Und traue dem alleine,

Der dich erschaffen hat;

Es gehe, wie es gehe,

Dein Vater in der Höhe,

Der weiß zu allen Sachen Rat.

Retrouve-toi, ô mon âme et n’aie confiance qu’en celui, qui t’a créée ; Tout va comme tout doit aller et ton Père aux plus hauts cieux en toute occasion saura te secourir.

À propos

Distribution

 

Soli : S A T B, Chœur : S A T B, Flûtes à bec I/II, Hautbois da caccia, Violons I/II, Violes, Continuo

 

Texte

1-2,4-5: Georg Christian Lehms ;

3 : Strophe 2 du choral : “Zion klagt mit Angst und Schmerzen” texte : Johann Heerman” mélodie du choral “Freu dich sehr, o meine Seele” psautier de Genève Loys Bourgeois (1551).

6 :  Strophe 9 du choral” “ texte de Paul Fleming (1642), mélodie 1 du choral “ O Welt, ich muß dich lassen » musique Heinrich Isaac (1490)

Références :

BWV 13,0
Titre Meine Seufzer, meine Tränen
ZK 138
Date Dimanche, 20. janvier 1726
Liturgie luthérienne 2ème dimanche après l’Épiphanie
Liturgie réformée Dimanche après l’Épiphanie / B
AT

Psaume 104 : 24-35

24Que tes œuvres sont nombreuses, SEIGNEUR ! Tu les as toutes faites avec sagesse, la terre est remplie de tes créatures.25Voici la mer, grande et vaste de tous côtés, où remuent, innombrables, des animaux petits et grands. 26Là, vont et  viennent les bateaux, et le Léviatan que tu as formé pour jouer avec lui.27Tous comptent sur toi pour leur donner en temps voulu la nourriture : 28tu donnes, ils ramassent ; tu ouvres ta main, ils se rassasient.29Tu caches ta face, ils sont épouvantés ; tu leur reprends le souffle, ils expirent et retournent à leur poussière. 30Tu envoies ton souffle, ils sont créés, et tu renouvelles la surface du sol.31Que la gloire du SEIGNEUR dure toujours, que le SEIGNEUR se réjouisse de ses œuvres ! 32Il regarde la terre, et elle tremble ; il touche les montagnes, et elles fument.33Toute ma vie je chanterai le SEIGNEUR, le reste de mes jours je jouerai pour mon Dieu. 34Que mon poème lui soit agréable ! et que le SEIGNEUR fasse ma joie !35Que les pécheurs disparaissent de la terre, et que les infidèles n’existent plus ! Bénis le SEIGNEUR, ô mon âme ! Alléluia !

Épître

Romains 12,6-16

6Et nous avons des dons qui diffèrent selon la grâce qui nous a été accordée. Est-ce le don de prophétie ? Qu’on l’exerce en accord avec la foi. 7L’un a-t-il le don du service ? Qu’il serve. L’autre celui d’enseigner ? Qu’il enseigne. 8Tel autre celui d’exhorter ? Qu’il exhorte. Que celui qui donne le fasse sans calcul, celui qui préside, avec zèle, celui qui exerce la miséricorde, avec joie. 9Que l’amour soit sincère. Fuyez le mal avec horreur, attachez-vous au bien. 10Que l’amour fraternel vous lie d’une mutuelle affection ; rivalisez d’estime réciproque. 11D’un zèle sans nonchalance, d’un esprit fervent, servez le Seigneur. 12Soyez joyeux dans l’espérance, patients dans la détresse, persévérants dans la prière. 13Soyez solidaires des saints dans le besoin, exercez l’hospitalité avec empressement. 14Bénissez ceux qui vous persécutent ; bénissez et ne maudissez pas. 15Réjouissez-vous avec ceux qui sont dans la joie, pleurez avec ceux qui pleurent. 16Soyez bien d’accord entre vous : n’ayez pas le goût des grandeurs, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. Ne vous prenez pas pour des sages.

Évangile

Jean 2,1-11 Noces de Cana

1Or, le troisième jour, il y eut une noce à Cana de Galilée et la mère de Jésus était là. 2Jésus lui aussi fut invité à la noce ainsi que ses disciples. 3Comme le vin manquait, la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » 4Mais Jésus lui répondit : « Que me veux-tu, femme ? Mon heure n’est pas encore venue. » 5Sa mère dit aux serviteurs : « Quoi qu’il vous dise, faites-le. » 6Il y avait là six jarres de pierre destinées aux rites juifs de purification ; elles contenaient chacune de deux à trois mesures. 7Jésus dit aux serviteurs : « Remplissez d’eau ces jarres » ; et ils les emplirent jusqu’au bord. 8Jésus leur dit : « Maintenant puisez et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent, 9et il goûta l’eau devenue vin – il ne savait pas d’où il venait, à la différence des serviteurs qui avaient puisé l’eau –, aussi il s’adresse au marié 10et lui dit : « Tout le monde offre d’abord le bon vin et, lorsque les convives sont gris, le moins bon ; mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant ! » 11Tel fut, à Cana de Galilée, le commencement des signes de Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Choral O Welt, ich muss dich lassen
Psaumes et cantiques 244,29
Recueil Alleluia 42A (nº3 de la cantate) 33/0144/02-70/04 (nº 6 de la cantate)
KGB 368
ERG 772