BWV 122

Das neugeborne Kindelein

L’enfant nouveau-né

1 . Chœur

Hautbois I/II, Taille, Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 1

Das neugeborne Kindelein,

Das herzeliebe Jesulein

Bringt abermal ein neues Jahr

Der auserwählten Christenschar.

L’enfant nouveau-né, Jésus, le tant aimé apporte encore une fois l’année nouvelle à la foule des chrétiens rachetés.

O Menschen, die ihr täglich sündigt,

Ihr sollt der Engel Freude sein.

Ihr jubilierendes Geschrei,

Daß Gott mit euch versöhnet sei,

Hat euch den süßen Trost verkündigt.

Hommes, pécheurs quotidiens, vous deviendrez la joie des anges. Leurs chants de triomphe vous ont annoncé cette douce consolation : « Dieu s’est réconcilié avec vous »

3. Récitatif de soprano

Flûtes à bec, I-III, Continuo

Strophe 2

Die Engel, welche sich zuvor

Vor euch als vor Verfluchten schauen,

Erfüllen nun die Luft im höhern Chor,

Um über euer Heil sich zu erfreuen.

Gott, so euch aus dem Paradies

Aus engelischer Gemeinschaft stieß,

Läßt euch nun wiederum auf Erden

Durch seine Gegenwart vollkommen selig werden:

So danket nun mit vollem Munde

Vor die gewünschte Zeit im neuen Bunde.

Les anges, qui jusqu’alors vous regardaient comme des maudits, emplissent maintenant le ciel d’un chœur suprêmepour se réjouir de votre salut. Dieu, qui vous avait chassés du Paradis et des lieux célestes vous apporte maintenant un salut parfait par sa présence terrestre. Aussi remerciez-le maintenant à pleine voix pour cette heure tant attendue de la nouvelle alliance.

4. Choral à l’alto et Air en duo de soprano et de ténor

Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 3

Alt:

Ist Gott versöhnt und unser Freund,

 

 

Sopran und Tenor:

O wohl uns, die wir an ihn glauben,

 

 

Alt:

Was kann uns tun der arge Feind?

 

Sopran und Tenor:

Sein Grimm kann unsern Trost nicht rauben;

 

Alt:

Trotz Teufel und der Höllen Pfort,

 

Sopran und Tenor:

Ihr Wüten wird sie wenig nützen,

 

Alt:

Das Jesulein ist unser Hort.

 

 Sopran, Alt, Tenor:

Gott ist mit uns und will uns schützen.

Alto :

Puisque Dieu s’est réconcilié avec nous et qu’il est notre ami,

 

Soprano et ténor :

Bienheureux sommes-nous, nous qui croyons en lui,

 

Alto :

Que peut nous faire l’ennemi malin ?

 

Soprano et ténor :

Sa fureur ne peut nous ravir notre réconfort ;

 

Alto :

Malgré le diable et la porte des enfers,

 

Soprano et ténor :

Leurs colères ne leurs serviront à rien,

 

Alto :

Jésus est notre refuge.

 

Soprano, alto et ténor :

Dieu est avec nous et nous protègera.

5. Récitatif de basse

Violons I/II, Violes, Continuo

Strophe 4

Dies ist ein Tag, den selbst der Herr gemacht,

Der seinen Sohn in diese Welt gebracht.

O selge Zeit, die nun erfüllt!

O gläubigs Warten, das nunmehr gestillt!

O Glaube, der sein Ende sieht!

O Liebe, die Gott zu sich zieht!

O Freudigkeit, so durch die Trübsal dringt

Und Gott der Lippen Opfer bringt!

Voici le jour que Dieu nous a préparé, « il offre son fils au monde ». Heure bénie qui maintenant s’accomplit ! Attente fidèle, désormais apaisée ! Foi, qui voit son accomplissement ! Amour, que Dieu ainsi manifeste ! Joie, qui nous oblige même au travers du malheur d’apporter à Dieu l’offrande de nos lèvres !

6. Choral

Hautbois I et Violons I avec Soprani, Hautbois II et Violons II avec Alti, Taille et Violes avec Ténors, Continuo

Strophe 4

Es bringt das rechte Jubeljahr,

Was trauern wir denn immerdar?

Frisch auf! itzt ist es Singenszeit,

Das Jesulein wendt alles Leid.

Voici venir la véritable année de joie, quelles tristesses devrons-nous encore porter ? Allons ! l’heure est venue de chanter : Jésus détourne toutes les souffrances.

À propos

Distribution

Soli : S A T B, Chœur : S A T B, Flûtes s à bec I-III, Hautbois I/II, Taille, Violons I/II, Violes, Continuo

Texte

Auteur du livret inconnu ;

Cantate choral : « Das neugeborne Kindelein » texte de Cyriakus Schneegaß (1597)

Mélodie du choral : « Das neugeborne Kindelein » de Cyriakus Schneegaß (?) (1597)

1 : Strophe 1

2 : Strophe 2 paraphrasée

3 : Strophe 2 commentée

4 : Strophe 3

5 : Strophe 4 commentée

6 : Strophe 4

Références :

BWV 122,0
Titre Das neugeborne Kindelein
ZK (classement chronologique) 104
Date 31 décembre 1724
Liturgie luthérienne Dimanche après Noël
Liturgie réformée Dimanche après Noël / A
AT

Esaïe 28 : 14-19

14Ecoutez donc la parole du SEIGNEUR, vous, les railleurs qui gouvernez ce peuple à Jérusalem. 15Vous dites : « Nous avons conclu un pacte avec la Mort, nous avons fait un accord avec le séjour des morts. Le fléau déchaîné, quand il passera, ne nous atteindra pas, car nous nous sommes faits du mensonge un refuge et dans la duplicité nous avons notre abri. »16Cependant, ainsi parle le Seigneur DIEU : Voici que je pose dans Sion une pierre à toute épreuve, une pierre angulaire, précieuse, établie pour servir de fondation. Celui qui s’y appuie ne sera pas pris de court. 17Je prendrai le droit comme cordeau et la justice comme niveau. Et la grêle balaiera le refuge du mensonge, et les eaux emporteront votre abri. 18Elle sera effacée, votre pacte avec la Mort, votre accord avec le séjour des morts ne tiendra pas. Le fléau déchaîné, quand il passera, vous écrasera. 19Chaque fois qu’il passera, il vous reprendra, car il repassera matin après matin, le jour et la nuit, et ce sera pure terreur d’en comprendre la révélation.

 

Épître

Galates 4,1-7

1Telle est donc ma pensée : aussi longtemps que l’héritier est un enfant, il ne diffère en rien d’un esclave, lui qui est maître de tout ; 2mais il est soumis à des tuteurs et à des régisseurs jusqu’à la date fixée par son père. 3Et nous, de même, quand nous étions des enfants soumis aux éléments du monde, nous étions esclaves. 4Mais, quand est venu l’accomplissement du temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme et assujetti à la loi, 5pour payer la libération de ceux qui sont assujettis à la loi, pour qu’il nous soit donné d’être fils adoptifs. 6Fils, vous l’êtes bien : Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, qui crie : Abba – Père ! 7Tu n’es donc plus esclave, mais fils ; et, comme fils, tu es aussi héritier : c’est l’œuvre de Dieu.

Évangile

Luc 2,33-40 Siméon à Marie et Anne la prophétesse

33Le père et la mère de l’enfant étaient étonnés de ce qu’on disait de lui. 34Syméon les bénit et dit à Marie sa mère : « Il est là pour la chute ou le relèvement de beaucoup en Israël et pour être un signe contesté 35– et toi-même, un glaive te transpercera l’âme ; ainsi seront dévoilés les débats de bien des cœurs. »36Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était fort avancée en âge ; après avoir vécu sept ans avec son mari, 37elle était restée veuve et avait atteint l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’écartait pas du temple, participant au culte nuit et jour par des jeûnes et des prières. 38Survenant au même moment, elle se mit à célébrer Dieu et à parler de l’enfant à tous ceux qui attendaient la libération de Jérusalem.39Lorsqu’ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.40Quant à l’enfant, il grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la faveur de Dieu était sur lui.

Choral Das neugeborene Kindelein
Psaumes et cantiques 228 : Plagia de Gibbons
Recueil Alleluia  
KGB  
ERG