BWV 111

Was mein Gott will, das g’scheh allzeit

Ce que Dieu veut arrive toujours

Was mein Gott will, das g’scheh allzeit,

Sein Will, der ist der beste;

Zu helfen den’n er ist bereit,

Die an ihn gläuben feste.

Er hilft aus Not, der fromme Gott,

Und züchtiget mit Maßen:

Wer Gott vertraut, fest auf ihn baut,

Den will er nicht verlassen.

Ce que Dieu veut, arrive toujours ; Ce qu’il veut, c’est ce qu’il y a de mieux. Il est toujours prêt à aider ceux qui croient fermement en lui. Il aide dans la détresse, le Dieu saint et punit avec modération : Celui qui se confie en Dieu, construit solidement sur celui qui ne l’abandonnera jamais.

2. Air de basse

Continuo

Entsetze dich, mein Herze, nicht,

Gott ist dein Trost und Zuversicht

Und deiner Seele Leben.

Ja, was sein weiser Rat bedacht,

Dem kann die Welt und Menschenmacht

Unmöglich widerstreben.

Ne t’effraie pas, mon cœur, Dieu est ton secours et ton assurance ainsi que la vie de ton âme. Ce que son conseil avisé a pensé, personne dans le monde et l’humanité ne peut s’y opposer.

3.  Récitatif d’alto

Continuo

O Törichter! der sich von Gott entzieht

Und wie ein Jonas dort

Vor Gottes Angesichte flieht;

Auch unser Denken ist ihm offenbar,

Und unsers Hauptes Haar

Hat er gezählet.

Wohl dem, der diesen Schutz erwählet

Im gläubigen Vertrauen,

Auf dessen Schluß und Wort

Mit Hoffnung und Geduld zu schauen.

Fou est celui qui se détourne de Dieu et qui comme Jonas fuit le regard de Dieu ; Toutes nos pensées lui sont connues et il compte le moindre cheveu de nos têtes. Il est sûr que celui qui choisit ce protecteur en pleine confiance peut attendre la fin avec patience et espérance.

4. Air en duo d’alto et de ténor

Violons I/II, Violes, Continuo

So geh ich mit beherzten Schritten,

Auch wenn mich Gott zum Grabe führt.

Gott hat die Tage aufgeschrieben,

So wird, wenn seine Hand mich rührt,

Des Todes Bitterkeit vertrieben.

Ainsi vais-je d’un pas courageux même si Dieu me conduit à la tombe. Tout cela est écrit et quand Dieu, de sa main, me touche, alors s’effacent l’amertume de la mort.

5. Récitatif de soprano

Hautbois I/II, Continuo

Drum wenn der Tod zuletzt den Geist

Noch mit Gewalt aus seinem Körper reißt,

So nimm ihn, Gott, in treue Vaterhände!

Wenn Teufel, Tod und Sünde mich bekriegt

Und meine Sterbekissen

Ein Kampfplatz werden müssen,

So hilf, damit in dir mein Glaube siegt!

O seliges, gewünschtes Ende!

Et quand enfin la mort arrachera violemment l’esprit de mon corps, prends-le dans tes fidèles mains paternelles. Si le diable, la mort et le péché ont choisi de faire de mon dernier oreiller un champ de bataille, alors aide-moi pour que la foi triomphe ! Oh, fin bienheureuse et tant désirée !

6. Choral

Hautbois I/II et Violons I avec Soprani, Violons II avec Alti, Violes avec Ténors, Continuo

Noch eins, Herr, will ich bitten dich,

Du wirst mir’s nicht versagen:

Wenn mich der böse Geist anficht,

Laß mich doch nicht verzagen.

Hilf, steur und wehr, ach Gott, mein Herr,

Zu Ehren deinem Namen.

Wer das begehrt, dem wird’s gewährt;

Drauf sprech ich fröhlich: Amen.

Seigneur, j’ai encore une demande à te faire que tu ne pourras manquer d’exaucer : Si l’esprit malin m’agresse, ne me laisse pas perdre courage. Oh, Dieu, aide-moi, guide-moi, et défends-moi, toi, mon Seigneur, pour la gloire de ton nom. Celui qui demande sera exaucé : c’est pourquoi joyeusement je m’écrie : Ainsi soit-il.

À propos

Distribution

Soli : S A T B, Chœur : S A T B, Hautbois I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Texte

Cantate choral : « Was mein Gott will, das g’scheh allzeit » texte du prince Herzog Albrecht de Brandenbourg 1547 et mélodie de Claudin de Sermisy (1528)

1 : Strophe 1 du choral

2-3 : Texte inspiré de la strophe 2 du choral

6 : Strophe 4 du choral

Références :

BWV 111,0
Titre Was mein gott will das gscheh allzeit
ZK (classement chronologique) 109
Date Dimanche, 21. janvier 1725
Liturgie luthérienne 3ème dimanche après l’Epiphanie
Liturgie réformée 3ème Dimanche / B (Parrallèle dans Marc)
AT

Daniel 6 : 10-23

10Là-dessus, le roi Darius signa le rescrit et l’interdit.11Lorsque Daniel sut que le rescrit avait été signé, il entra dans sa maison. Celle-ci avait des fenêtres qui s’ouvraient, à l’étage supérieur, en direction de Jérusalem. Trois fois par jour, il se mettait donc à genoux, et il priait et louait en présence de son Dieu, comme il le faisait auparavant. 12Alors ces hommes se précipitèrent et trouvèrent Daniel qui priait et suppliait en présence de son Dieu. 13Alors ils s’approchèrent et dirent en présence du roi, à propos de l’interdit du roi : « N’as-tu pas signé un interdit selon lequel tout homme qui, durant trente jours, prierait un autre dieu ou homme que toi-même, ô roi, serait jeté dans la fosse aux lions ? » Le roi prit la parole et dit : « La chose est sûre, selon la loi des Mèdes et des Perses qui est irrévocable. » 14Alors ils prirent la parole et dirent en présence du roi : « Daniel, qui est d’entre les déportés de Juda, n’a eu égard ni à toi, ô roi ! ni à l’interdit que tu avais signé, et trois fois par jour il fait sa prière. » 15Alors le roi, lorsqu’il apprit la chose, en fut très chagriné ; il fixa son attention sur Daniel afin de le délivrer et, jusqu’au soir, il s’efforça de le sauver. 16Alors ces hommes se précipitèrent chez le roi et ils dirent au roi : « Sache-le, ô roi ! C’est une loi pour les Mèdes et les Perses que tout interdit et ordonnance que le roi a établis, on ne doit plus les modifier. » 17Alors le roi ordonna d’emmener Daniel, et on le jeta dans la fosse aux lions. Le roi prit la parole et dit à Daniel : « Ton Dieu, que tu sers avec constance, lui te délivrera. » 18Une pierre fut apportée et placée sur la bouche de la fosse, le roi la scella de son anneau et des anneaux de ses dignitaires, pour que rien ne changeât à l’égard de Daniel. 19Alors le roi alla dans son palais. Il passa la nuit à jeun, ne fit pas introduire de concubines auprès de lui, et son sommeil le fuit.20Alors le roi se leva au petit matin, dès l’aube, et il alla en hâte à la fosse aux lions. 21Comme il approchait de la fosse, il cria vers Daniel d’une voix affligée. Le roi prit la parole et dit à Daniel : « O Daniel ! Serviteur du Dieu vivant ! Ton Dieu, que tu sers avec constance, a-t-il pu te délivrer des lions ? » 22Alors Daniel parla au roi : « O roi ! Vis à jamais ! 23Mon Dieu a envoyé son ange ; il a fermé la gueule des lions et ceux-ci ne m’ont fait aucun mal, car j’avais été trouvé juste devant lui ; et vis-à-vis de toi non plus, ô roi, je n’avais fait aucun mal. »

Épître

Romains 12,17-21

17Ne rendez à personne le mal pour le mal ; ayez à cœur de faire le bien devant tous les hommes. 18S’il est possible, pour autant que cela dépend de vous, vivez en paix avec tous les hommes. 19Ne vous vengez pas vous-mêmes, mes bien-aimés, mais laissez agir la colère de Dieu, car il est écrit : A moi la vengeance, c’est moi qui rétribuerai, dit le Seigneur. 20Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger, s’il a soif, donne-lui à boire, car, ce faisant, tu amasseras des charbons ardents sur sa tête. 21Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais sois vainqueur du mal par le bien.

Évangile

Matthieu 8,1-13 Guérisons du lépreux et du serviteur du centenier

1Comme il descendait de la montagne, de grandes foules le suivirent. 2Voici qu’un lépreux s’approcha et, prosterné devant lui, disait : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier. » 3Il étendit la main, le toucha et dit : « Je le veux, sois purifié ! » A l’instant, il fut purifié de sa lèpre. 4Et Jésus lui dit : « Garde toi d’en dire mot à personne, mais va te montrer au prêtre et présente l’offrande que Moïse a prescrite : ils auront là un témoignage. »5Jésus entrait dans Capharnaüm quand un centurion s’approcha de lui et le supplia 6en ces termes : « Seigneur, mon serviteur est couché à la maison, atteint de paralysie et souffrant terriblement. » 7Jésus lui dit : « Moi, j’irai le guérir ? » 8Mais le centurion reprit : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit : dis seulement un mot et mon serviteur sera guéri. 9Ainsi moi, je suis soumis à une autorité avec des soldats sous mes ordres, et je dis à l’un : “Va” et il va, à un autre : “Viens” et il vient, et à mon esclave : “Fais ceci” et il le fait. » 10En l’entendant, Jésus fut plein d’admiration et dit à ceux qui le suivaient : « En vérité, je vous le déclare, chez personne en Israël je n’ai trouvé une telle foi. 11Aussi, je vous le dis, beaucoup viendront du levant et du couchant prendre place au festin avec Abraham, Isaac et Jacob dans le Royaume des cieux, 12tandis que les héritiers du Royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors : là seront les pleurs et les grincements de dents. » 13Et Jésus dit au centurion : « Rentre chez toi ! Qu’il te soit fait comme tu as cru. » Et le serviteur fut guéri à cette heure-là.

Choral Was mein Gott will das gscheh allzeit
Psaumes et cantiques 363,399
Recueil Alleluia 33/0345/0145/02 (nº1,2,6 de la cantate)
KGB 271
ERG 669