BWV 109

Ich glaube, lieber Herr, hilf meinem Unglauben!

Je crois Seigneur, viens au secours de mon incrédulité !

Ich glaube, lieber Herr, hilf meinem Unglauben!

Je crois Seigneur, viens au secours de mon incrédulité.

(Marc 9,24)

2. Récitatif de ténor

Continuo

Des Herren Hand ist ja noch nicht verkürzt,

Mir kann geholfen werden.

Ach nein, ich sinke schon zur Erden

Vor Sorge, daß sie mich zu Boden stürzt.

Der Höchste will, sein Vaterherze bricht.

Ach nein! er hört die Sünder nicht.

Er wird, er muß dir bald zu helfen eilen,

Um deine Not zu heilen.

Ach nein, es bleibet mir um Trost sehr bange;

Ach Herr, wie lange?

La main du Seigneur n’est pas encore raccourcie, elle peut encore me venir en aide. Hélas, non, je tombe déjà à terre. Cette inquiétude qui me terrasse au sol, c’est le Très-Haut qui la veut, son cœur paternel se brise. Mais non, il ne prête pas l’oreille aux pécheurs.  Il va, il doit, bientôt accourir à ton aide pour te guérir de ton mal. Hélas, non, je crains encore tellement pour mon réconfort ; Ah Seigneur, jusques à quand ?

3. Air de ténor

Violons I-II, Violes, Continuo

Wie zweifelhaftig ist mein Hoffen,

Wie wanket mein geängstigt Herz!

Des Glaubens Docht glimmt kaum hervor,

Es bricht dies fast zustoßne Rohr,

Die Furcht macht stetig neuen Schmerz.

Que mon espérance est incertaine, que mon cœur est anxieux ! Le lumignon de la foi brille à peine, il se brise ce roseau ployé.  La crainte ne cesse de causer de nouvelles douleurs.

4. Récitatif d’alto

Continuo

O fasse dich, du zweifelhafter Mut,

Weil Jesus itzt noch Wunder tut!

Die Glaubensaugen werden schauen

Das Heil des Herrn;

Scheint die Erfüllung allzufern,

So kannst du doch auf die Verheißung bauen.

Ressaisis-toi quand ton courage vacille parce que Jésus accomplit encore des miracles ! Les yeux de la foi admireront le salut promis par le Seigneur ; Et même si l’accomplissement paraît être encore loin, tu peux quand même bâtir sur sa promesse.

Der Heiland kennet ja die Seinen,

Wenn ihre Hoffnung hilflos liegt.

Wenn Fleisch und Geist in ihnen streiten,

So steht er ihnen selbst zur Seiten,

Damit zuletzt der Glaube siegt.

Le Seigneur connait bien les siens quand leur espérance gît sans aide. Lorsque la chair et l’esprit se combattent, il se tient lui-même à leurs côtés pour que la foi finisse par triompher.

6. Choral

Cor da caccia, Hautbois I-II, Violons I-II, Violes, Continuo

Wer hofft in Gott und dem vertraut,

Der wird nimmer zuschanden;

Denn wer auf diesen Felsen baut,

Ob ihm gleich geht zuhanden

Viel Unfalls hie, hab ich doch nie

Den Menschen sehen fallen,

Der sich verläßt auf Gottes Trost;

Er hilft sein’ Gläubgen allen.

Qui espère en Dieu et lui fait confiance ne sera jamais perdu ; Celui qui bâtit sur ce roc, même s’il lui arrive bien des malheurs et des infortunes, cet homme, je ne l’ai jamais vu chuter, celui qui se repose sur le réconfort de Dieu ; Dieu aide tous ceux qui croient en lui.

À propos

Distribution

Soli : AT  Chœur : SATB, Cor da caccia, Hautbois I-II, Violons I-II, Violes, Continuo

Texte

Auteur du livret inconnu ;

: Marc 9,24.

6 : Strophe 7 du choral « Durch Adams Fall ist ganz verderbt”, texte de Lazarus Spengler 1524, mélodie : anonyme

Références :

BWV 109,0
Titre Ich glaube liber Herr, hilf meinem Unglauben
ZK (classement chronologique) 47
Date Dimanche, 17. octobre 1723
Liturgie luthérienne 21ème dimanche après la Trinité
Liturgie réformée  
AT

Daniel 3 : 13-30 

13Alors Nabuchodonosor, avec colère et fureur, ordonna d’amener Shadrak, Méshak et Abed-Négo. Alors ces hommes furent amenés en présence du roi. 14Nabuchodonosor prit la parole et leur dit : « Est-il exact, Shadrak, Méshak et Abed-Négo, que vous ne servez pas mes dieux et que vous n’adorez pas la statue d’or que j’ai dressée ? 15Est-ce que maintenant vous êtes prêts, au moment où vous entendrez le son du cor, de la flûte, de la cithare, de la harpe, du luth, de la cornemuse et de tous les genres d’instruments, à vous prosterner et à adorer la statue que j’ai faite ? Si vous ne l’adorez pas, au moment même vous serez jetés au milieu de la fournaise de feu ardent, et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main ? » 16Shadrak, Méshak et Abed-Négo prirent la parole et dirent au roi : « O Nabuchodonosor ! Nous n’avons pas besoin de te répondre quoi que ce soit à ce sujet. 17Si notre Dieu que nous servons peut nous délivrer, qu’il nous délivre de la fournaise de feu ardent et de ta main, ô roi ! 18Même s’il ne le fait pas, sache bien, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux et que nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as dressée. »19Alors Nabuchodonosor fut rempli de fureur, et l’expression de son visage changea à l’égard de Shadrak, Méshak et Abed-Négo. Il prit la parole et ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus qu’on avait coutume de la chauffer. 20Puis il ordonna à des hommes vigoureux de son armée de ligoter Shadrak, Méshak et Abed-Négo, pour les jeter dans la fournaise de feu ardent. 21Alors ces hommes furent ligotés avec leurs pantalons, leurs tuniques, leurs bonnets et leurs manteaux, et ils furent jetés au milieu de la fournaise de feu ardent. 22Là-dessus, comme la parole du roi était rigoureuse et que la fournaise avait été extraordinairement chauffée, ces hommes mêmes qui avaient hissé Shadrak, Méshak et Abed-Négo, la flamme du feu les tua. 23Quant à ces trois hommes-là, Shadrak, Méshak et Abed-Négo, ils tombèrent ligotés au milieu de la fournaise de feu ardent.24Le roi Nabuchodonosor les entendit chanter ; il fut stupéfait et se leva précipitamment. Il prit la parole et dit à ses conseillers : « N’avons-nous pas jeté au milieu du feu trois hommes ligotés ? » Ils répondirent et dirent au roi : « Bien sûr, ô roi ! » 25Le roi répondit et dit : « Voici que je vois quatre hommes déliés qui marchent au milieu du feu sans qu’il y ait sur eux aucune blessure, et l’aspect du quatrième ressemble à celui d’un fils des dieux. »26Alors Nabuchodonosor s’approcha de l’ouverture de la fournaise de feu ardent. Il prit la parole et dit : « Shadrak, Méshak et Abed-Négo, serviteurs du Dieu Très-Haut, sortez et venez ! » Alors Shadrak, Méshak et Abed-Négo sortirent du milieu du feu.27Les satrapes, les intendants, les gouverneurs et les conseillers du roi se rassemblèrent. Ils virent ces hommes : le feu n’avait eu aucun pouvoir sur leur corps ; la chevelure de leur tête n’avait pas été roussie ; leurs manteaux étaient intacts et l’odeur de feu n’avait pas passé sur eux. 28Nabuchodonosor prit la parole et dit : « Béni soit le Dieu de Shadrak, Méshak et Abed-Négo, qui a envoyé son ange et sauvé ses serviteurs, parce qu’ils s’étaient confiés en lui et que, transgressant la parole du roi, ils avaient livré leur corps pour ne servir ni adorer aucun dieu, si ce n’est leur Dieu. 29Quant à moi, j’ai donné ordre que quiconque, de tout peuple, nation et langue, parlerait avec insolence contre le Dieu de Shadrak, Méshak et Abed-Négo, soit mis en pièces, et sa maison transformée en cloaque ; car il n’y a pas d’autre Dieu qui puisse délivrer ainsi. » 30Alors le roi fit prospérer Shadrak, Méshak et Abed-Négo dans la province de Babylone.

Épître

Éphésiens 6,10-17

10Pour finir, armez-vous de force dans le Seigneur, de sa force toute-puissante. 11Revêtez l’armure de Dieu pour être en état de tenir face aux manœuvres du diable. 12Ce n’est pas à l’homme que nous sommes affrontés, mais aux Autorités, aux Pouvoirs, aux Dominateurs de ce monde de ténèbres, aux esprits du mal qui sont dans les cieux. 13Saisissez donc l’armure de Dieu, afin qu’au jour mauvais, vous puissiez résister et demeurer debout, ayant tout mis en œuvre. 14Debout donc ! A la taille, la vérité pour ceinturon, avec la justice pour cuirasse15et, comme chaussures aux pieds, l’élan pour annoncer l’Evangile de la paix. 16Prenez surtout le bouclier de la foi, il vous permettra d’éteindre tous les projectiles enflammés du Malin. 17Recevez enfin le casque du salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu.

Évangile

Jean 4,47-54 Guérison à Cana du fils de l’officier

47Ayant entendu dire que Jésus arrivait de Judée en Galilée, il vint le trouver et le priait de descendre guérir son fils qui se mourait. 48Jésus lui dit : « Si vous ne voyez signes et prodiges, vous ne croirez donc jamais ! » 49L’officier lui dit : « Seigneur, descends avant que mon enfant ne meure ! » 50Jésus lui dit : « Va, ton fils vit. » Cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et il se mit en route. 51Tandis qu’il descendait, ses serviteurs vinrent à sa rencontre et dirent : « Ton enfant vit ! » 52Il leur demanda à quelle heure il s’était trouvé mieux et ils répondirent : « C’est hier, à la septième heure, que la fièvre l’a quitté. » 53Le père constata que c’était à cette heure même que Jésus lui avait dit : « Ton fils vit. » Dès lors il crut, lui et toute sa maisonnée. 54Tel fut le second signe que Jésus accomplit lorsqu’il revint de Judée en Galilée.

Choral Durch Adams Fall ist ganz verdebt
Psaumes et cantiques 280
Recueil Alleluia 33/06 et 34/08 mélodies (nº6 de la cantate)
KGB  
ERG