BWV 105

Herr, gehe nicht ins Gericht mit deinem Knecht

Seigneur, n’entre pas en jugement avec ton serviteur

1 . Chœur

Cors, Hautbois I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Herr, gehe nicht ins Gericht mit deinem Knecht.

Denn vor dir wird kein Lebendiger gerecht.

N’entre pas en jugement avec ton serviteur ! Car aucun vivant n’est juste devant toi.

(Ps 143,2)

2. Récitatif d’alto

Continuo

Mein Gott, verwirf mich nicht,

Indem ich mich in Demut vor dir beuge,

Von deinem Angesicht.

Ich weiß, wie groß dein Zorn und mein Verbrechen ist,

Daß du zugleich ein schneller Zeuge

Und ein gerechter Richter bist.

Ich lege dir ein frei Bekenntnis dar

Und stürze mich nicht in Gefahr,

Die Fehler meiner Seelen

Zu leugnen, zu verhehlen!

Mon Dieu, ne me repousse pas loin de ta face, au moment où je m’incline avec humilité devant toi. Je sais bien l’ampleur de ta colère tout comme celle de ma faute. Je sais que tu es à la fois un témoin attentif et un juge équitable. Je t’adresse alors ma libre confession et ne veux en aucun cas nier ou dissimuler les fautes de mon âme.

3. Air de soprano

Hautbois, Violons I/II, Violes

Wie zittern und wanken

Der Sünder Gedanken,

Indem sie sich untereinander verklagen

Und wiederum sich zu entschuldigen wagen.

So wird ein geängstigt Gewissen

Durch eigene Folter zerrissen.

Que les pensées des pêcheurs sont tremblantes et branlantes pour tantôt s’accuser les unes les autres et tantôt s’excuser les unes les autres. Ainsi une conscience angoissée est-elle déchirée par ses propres interrogations.

4. Récitatif de basse

Violons I/II, Violes, Continuo

Wohl aber dem, der seinen Bürgen weiß,

Der alle Schuld ersetzet,

So wird die Handschrift ausgetan,

Wenn Jesus sie mit Blute netzet.

Er heftet sie ans Kreuze selber an,

Er wird von deinen Gütern, Leib und Leben,

Wenn deine Sterbestunde schlägt,

Dem Vater selbst die Rechnung übergeben.

So mag man deinen Leib, den man zum Grabe trägt,

Mit Sand und Staub beschütten,

Dein Heiland öffnet dir die ewgen Hütten.

Bienheureux par contre celui qui connaît « sa caution » par laquelle toutes ses fautes sont remises. Ainsi se trouve effacé par le sang de Jésus l’acte qui était écrit contre nous. Il attache lui-même tous nos péchés à sa croix, Ainsi quand sonnera ta dernière heure, il rendra lui-même compte au Père de tes biens, de ton corps et de ta vie. On pourra donc porter ta dépouille au tombeau et la recouvrir de sable et de poussière, ton Sauveur, lui, t’ouvrira les portes des demeures éternelles.

Kann ich nur Jesum mir zum Freunde machen,

So gilt der Mammon nichts bei mir.

Ich finde kein Vergnügen hier

Bei dieser eitlen Welt und irdschen Sachen.

Il me suffit de faire de Jésus mon ami et Mammon n’a plus la moindre valeur à mes yeux. Je ne trouve ici aucun plaisir dans ce monde et dans ces choses terrestres.

6. Choral

Violons I/II, Violes, Continuo

Nun, ich weiß, du wirst mir stillen

Mein Gewissen, das mich plagt.

Es wird deine Treu erfüllen,

Was du selber hast gesagt:

Daß auf dieser weiten Erden

Keiner soll verloren werden,

Sondern ewig leben soll,

Wenn er nur ist Glaubens voll.

Je sais désormais que tu apaiseras le tourment de ma conscience. Ta loyauté accomplira ce que tu as dit toi-même : Nul être sur cette terre n’est condamné à la perdition, mais au contraire la vie éternelle est donnée à tous ceux dont la foi emplit les cœurs.

À propos

Distribution

Soli : S A T B, Chœur : S A T B, Cors, Hautbois I/II, Violons I/II, Violes, Continuo

Texte

Auteur du livret inconnu ; Peut-être Christian Weiss, Senior

1 : Psaume 143,2 ;

6 : Strophe 11 du choral « Jesu, der du meine Seele » texte et mélodie de Johann Rist 1641.

Références :

BWV 105,0
Titre Herr, gehe nicht ins Gericht
ZK (classement chronologique) 36
Date Dimanche, 25. juillet 1723
Liturgie luthérienne 9ème dimanche après la Trinité
Liturgie réformée 27ème Dimanche / C
AT

Exode 32 : 1-14

1Le peuple vit que Moïse tardait à descendre de la montagne ; le peuple s’assembla près d’Aaron et lui dit : « Debout ! Fais-nous des dieux qui marchent à notre tête, car ce Moïse, l’homme qui nous a fait monter du pays d’Égypte, nous ne savons pas ce qui lui est arrivé. » 2Aaron leur dit : « Arrachez les boucles d’or qui sont aux oreilles de vos femmes, de vos fils et de vos filles, et apportez-les-moi. » 3Tout le peuple arracha les boucles d’or qu’ils avaient aux oreilles, et on les apporta à Aaron. 4Ayant pris l’or de leurs mains, il le façonna au burin pour en faire une statue de veau. Ils dirent alors : « Voici tes dieux, Israël, ceux qui t’ont fait monter du pays d’Égypte ! » 5Aaron le vit et il bâtit un autel en face de la statue ; puis Aaron proclama ceci : « Demain, fête pour le SEIGNEUR ! » 6Le lendemain, dès leur lever, ils offrirent des holocaustes et amenèrent des sacrifices de paix ; le peuple s’assit pour manger et boire, il se leva pour se divertir.7Le SEIGNEUR adressa la parole à Moïse : « Descends donc, car ton peuple s’est corrompu, ce peuple que tu as fait monter du pays d’Égypte. 8Ils n’ont pas tardé à s’écarter du chemin que je leur avais prescrit ; ils se sont fait une statue de veau, ils se sont prosternés devant elle, ils lui ont sacrifié et ils ont dit : Voici tes dieux, Israël, ceux qui t’ont fait monter du pays d’Égypte. » 9Et le SEIGNEUR dit à Moïse : « Je vois ce peuple : eh bien ! c’est un peuple à la nuque raide ! 10Et maintenant, laisse-moi faire : que ma colère s’enflamme contre eux, je vais les supprimer et je ferai de toi une grande nation. » 11Mais Moïse apaisa la face du SEIGNEUR, son Dieu, en disant : « Pourquoi, SEIGNEUR, ta colère veut-elle s’enflammer contre ton peuple que tu as fait sortir du pays d’Égypte, à grande puissance et à main forte ? 12Pourquoi les Égyptiens diraient-ils : “C’est par méchanceté qu’il les a fait sortir ! pour les tuer dans les montagnes ! pour les supprimer de la surface de la terre !” Reviens de l’ardeur de ta colère et renonce à faire du mal à ton peuple. 13Souviens-toi d’Abraham, d’Isaac et d’Israël, tes serviteurs, auxquels tu as juré par toi-même, auxquels tu as adressé cette parole : Je multiplierai votre descendance comme les étoiles du ciel et, tout ce pays que j’ai dit, je le donnerai à votre descendance, et ils le recevront comme patrimoine pour toujours. » 14Et le SEIGNEUR renonça au mal qu’il avait dit vouloir faire à son peuple.

Épître

1 Corinthiens 10,6-13

6Ces événements sont arrivés pour nous servir d’exemples, afin que nous ne convoitions pas le mal comme eux le convoitèrent. 7Ne devenez pas idolâtres comme certains d’entre eux, ainsi qu’il est écrit : Le peuple s’assit pour manger et pour boire, puis ils se levèrent pour se divertir. 8Ne nous livrons pas non plus à la débauche, comme le firent certains d’entre eux : en un seul jour il en tomba vingt-trois mille. 9Ne tentons pas non plus le Seigneur, comme le firent certains d’entre eux : des serpents les firent périr. 10Enfin, ne murmurez pas comme murmurèrent certains d’entre eux : l’exterminateur les fit périr. 11Ces événements leur arrivaient pour servir d’exemple et furent mis par écrit pour nous instruire, nous qui touchons à la fin des temps.12Ainsi donc, que celui qui pense être debout prenne garde de tomber. 13Les tentations auxquelles vous avez été exposés ont été à la mesure de l’homme, Dieu est fidèle ; il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces. Avec la tentation, il vous donnera le moyen d’en sortir et la force de la supporter.

Évangile

Luc 16,1-9 L’intendant infidèle

1Puis Jésus dit à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui fut accusé devant lui de dilapider ses biens. 2Il le fit appeler et lui dit : “Qu’est-ce que j’entends dire de toi ? Rends les comptes de ta gestion, car désormais tu ne pourras plus gérer mes affaires.” 3Le gérant se dit alors en lui-même : “Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Bêcher ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’en ai honte. 4Je sais ce que je vais faire pour qu’une fois écarté de la gérance, il y ait des gens qui m’accueillent chez eux.” 5Il fit venir alors un par un les débiteurs de son maître et il dit au premier : “Combien dois-tu à mon maître ?” 6Celui-ci répondit : “Cent jarres d’huile.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu, vite, assieds-toi et écris cinquante.” 7Il dit ensuite à un autre : “Et toi, combien dois-tu ?” Celui-ci répondit : “Cent sacs de blé.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu et écris quatre-vingts.” 8Et le maître fit l’éloge du gérant trompeur, parce qu’il avait agi avec habileté. En effet, ceux qui appartiennent à ce monde sont plus habiles vis-à-vis de leurs semblables que ceux qui appartiennent à la lumière.9« Eh bien ! moi, je vous dis : faites-vous des amis avec l’Argent trompeur pour qu’une fois celui-ci disparu, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.

Choral Jesu, der du meine Seele
Psaumes et cantiques  
Recueil Alleluia  
KGB  
ERG