clef de sol
Cantate : BWV 99
Ce que Dieu fait est bien fait II....
Was Gott tut, das ist wohlgetan II...
Distribution :
Solistes : S A T B, Choeur: S A T B, Corno, Flauto traverso, Hautbois d’amore, Violon I/II, Viole, Continuo
Date :
17 Septembre 1724
Texte :
1,6: Samuel Rodigast 1674; 2-5: collaborateur inconnu
Occasion :
15ème Dimanche après la Trinité
1. Instruments :
Chœur d’entrée
Corno avec Soprano, Traverso, Hautbois d’amour, Violon I/II, Viole, Continuo
Ce que Dieu fait est bien fait, ses desseins restent justes; J’accepte sans mot dire, ce qu’il a préparé pour moi. Il est mon Dieu, celui qui sait fort bien veiller sur moi même dans la détresse. Je n’ai qu’à le laisser faire.
Was Gott tut, das ist wohlgetan, es bleibt gerecht sein Wille;
Wie er fängt meine Sachen an, will ich ihm halten stille. Er ist mein Gott, der in der Not mich wohl weiß zu erhalten; Drum laß ich ihn nur walten.
2. Instruments :
Récitatif à la Basse
Continuo
Sa parole de vérité est inébranlable et ne me trompera pas car elle n’abandonne, ni ne perd ceux qui croient. Oui, puisqu’elle me conduit sur le chemin de la vie, mon cœur se ressaisit et se laisse contenter par le soin paternel et la grâce de Dieu. Il sait avoir patience lorsque l’adversité me frappe. Dieu, de ses mains toutes puissantes, peut détourner de moi le malheur.
Sein Wort der Wahrheit stehet fest und wird mich nicht betrügen, weil es die Gläubigen nicht fallen noch verderben läßt. Ja, weil es mich den Weg zum Leben führet, so faßt mein Herze sich und lässet sich begnügen an Gottes Vatertreu und Huld und hat Geduld, wenn mich ein Unfall rühret. Gott kann mit seinen Allmachtshänden mein Unglück wenden.
3. Instruments :
Air de Ténor
Traverso, Continuo
Ne frémis donc pas, âme désespérée, si la coupe de la croix a pour toi un goût si amer! Dieu est pour toi un médecin avisé et un faiseur de miracles, qui ne saurait te verser de poison mortel, même si sa douceur t’en est cachée.
Erschüttre dich nur nicht, verzagte Seele, wenn dir der Kreuzeskelch so bitter schmeckt! Gott ist dein weiser Arzt und Wundermann, so dir kein tödlich Gift einschenken kann, obgleich die Süßigkeit verborgen steckt.
4. Instruments :
Récitatif à l’ Alto
Continuo
A présent, l’alliance scellée pour l’éternité reste le fondement de ma foi. Elle parle avec assurance et confiance dans la mort comme dans la vie: Dieu est ma lumière, à lui je veux me livrer, et même si tous les jours apportent leurs nouveaux tourments, une fois la souffrance surmontée, lorsque l’on aura assez pleuré, viendra enfin le temps de la délivrance, où se manifestera la sincère loyauté de Dieu.
Nun, der von ewigkeit geschloß’ne Bund bleibt meines Glaubens Grund. Er spricht mit Zuversicht im Tod und Leben: Gott ist mein Licht, ihm will ich mich ergeben und haben alle Tage gleich ihre eigne Plage, doch auf das überstandne Leid, wenn man genug geweinet, Kommt endlich die errettungszeit, da Gottes treuer Sinn erscheinet.
5. Instruments :
Air en duo Soprano et Alto
Traverso, Hautbois d’amour, Continuo
[son=BWV_99_5_Duo.mp3][sound=BWV_99_5_Duo.mp3]" type="audio/mpeg">Your browser does not support the audio element.
Si les amères souffrances de la croix s’attaquent à la faiblesse de la chair, il en est pourtant toujours ainsi: Celui qui, dans une vaine folie, a estimé la croix intolérable pour lui-même, n’aura pas non plus à l’avenir à s’ en réjouir ..
Wenn des Kreuzes Bitterkeiten mit des Fleisches Schwachheit streiten, ist es dennoch wohlgetan. Wer das Kreuz durch falschen Wahn sich vor unerträglich schätzet, wird auch künftig nicht ergötzet.
6. Instruments :
Choral final
Traverso in octava et Hautbois d’amour et Corno et Violon I avec Soprano, Violon II avec l’Alto, Viole avec Tenore, Continuo
Ce que Dieu fait est bien fait, je veux m’en tenir à cela. Il se peut que je me sente entrainer sur la difficile voie du danger, de la mort et de la misère ; mais mon Dieu me prendra alors paternellement dans ses bras; aussi n’ai-je qu’à le laisser agir.
Was Gott tut, das ist wohlgetan, dabei will ich verbleiben.
Es mag mich auf die rauhe Bahn , Not, Tod und elend treiben, so wird Gott mich ganz väterlich in seinen Armen halten; drum laß ich ihn nur walten.