clef de sol
Cantate : BWV 58
Ah! Dieu, quelles tristesses II
Ach Gott, wie manches Herzeleid II
Distribution :
Solistes: Soprano et Basse, Hautbois I/II, Taille, Violon solo, Violon I/II, Viole, Continuo
Date :
5 janvier 1727
Texte :
1: Martin Moller 1587; 2-4: Poète inconnu; 5: Martin Behm 1610
Occasion :
Dimanche après nouvel an
1. Instruments :
Choral et Air en duo Soprano et Basse
Hautbois I/II, Taille, Violon I/II, Viole, Continuo
Soprano: Ah! Dieu, quelles afflictions m’accompagnent en ce moment ! le chemin étroit que je dois prendre pour le ciel est plein d’embûches!
Basse: (Jésus) Patience, patience, mon coeur, ce n’est qu’un mauvais moment. Sur le chemin de la félicité, la joie vient toujours après la douleur.
Soprano: (Choral ) Ach Gott, wie manches Herzeleid begegnet mir zu dieser Zeit! Der schmale Weg ist Trübsals voll, den ich zum Himmel wandern soll.
Basse: (Air) Nur Geduld, Geduld, mein Herze, es ist eine böse Zeit! Doch der Gang zur Seligkeit führt zur Freude nach dem Schmerze.
2. Instruments :
Récitatif à la Basse
Continuo
Que le monde mauvais te persécute, tu gardes toujours Dieu pour ami, qui te prend sur son dos face à tes ennemis et au moment où le jugement du coléreux Hérode condamne à une mort infame notre Sauveur, , un ange arrive dans la nuit , il apparaît en songe à Joseph qui comprend qu’il doit fuir en Egypte pour échapper au bourreau. Dieu a une parole qui doit te redonner confiance quand il dit : les montagnes peuvent s’écrouler et les collines chanceler, les flots peuvent vouloir t’engloutir, mon alliance de paix avec toi ne cessera, ni ne changera pas.(Esaïe 54,10)
Verfolgt dich gleich die arge Welt, so hast du dennoch Gott zum Freunde, der wider deine Feinde dir stets den Rücken hält. Und wenn der wütende Herodes das Urteil eines schmähen Todes gleich über unsern Heiland fällt, so kommt ein Engel in der Nacht, der lässet Joseph träumen, daß er dem Würger soll entfliehen und nach Ägypten ziehen.
Gott hat ein Wort, das dich vertrauend macht. Er spricht: Wenn Berg und Hügel niedersinken, wenn dich die Flut des Wassers will ertrinken, so will ich dich doch nicht verlassen noch versäumen.
3. Instruments :
Air de Soprano
Violon solo, Continuo
Je suis satisfait dans ma peine car Dieu est mon assurance. J’ai une lettre et un sceau qui me l’assurent et c’est une solide protection que l’enfer même ne peut briser.
Ich bin vergnügt in meinem Leiden, denn Gott ist meine Zuversicht. Ich habe sichern Brief und Siegel, und dieses ist der feste Riegel, den bricht die Hölle selber nicht.
4. Instruments :
Récitatif à la Soprano
Continuo
Si le monde ne peut s’empêcher de me persécuter et de me haïr, alors la main de Dieu me désignera un autre pays. Ah, puissé-je dès aujourd’hui encore découvrir mon paradis !
Kann es die Welt nicht lassen, mich zu verfolgen und zu hassen, so weist mir Gottes Hand ein andres Land. (Arioso) Ach! könnt es heute noch geschehen, daß ich mein Eden möchte sehen!
5. Instruments :
Choral (Soprano) et Air (Basse)
Hautbois I/II, Taille, Violon I/II, Viole, Continuo
Soprano (Choral) J’ai encore un difficile voyage pour arriver à toi au paradis céleste, là ou est ma véritable patrie pour laquelle tu as répandu ton sang.
Basse (Air): Courage, courage, vous les cœurs , ici est la peur, là-bas la magnificence !E la joie à ce moment là l’emportera sur toutes les douleurs.
Soprano (Choral) Ich hab für mir ein schwere Reis zu dir ins Himmels Paradeis, da ist mein rechtes Vaterland, daran du dein Blut hast gewandt.
Basse: (Air) Nur getrost, getrost, ihr Herzen, hier ist Angst, dort Herrlichkeit! Und die Freude jener Zeit überwieget alle Schmerzen.