clef de sol
Cantate : BWV 43
Dieu monte au milieu des cris de triomphe
Gott fähret auf mit Jauchzen
Distribution :
Solistes: S A T B, Choeur: S A T B, Trompette I-III, Timbales, Hautbois I/II, Violon I/II, Viole, Continuo
Date :
30 mai 1726
Texte :
Poète inconnu; 1. Psaume 47,6-7; 4: Marc 16,19; 11: Johannes Rist 1641
Occasion :
Ascension
1. Instruments :
Première partie
Choeur d’entrée
Trompette I-III, Timbales, Hautbois I et Violon I à l’unison, Hautbois II et Violon II à l’unison, Viole, Continuo
Dieu monte au milieu des cris de triomphe, l’éternel s’avance au son de la trompette. Chantez à Dieu, chantez! Chantez à notre roi, chantez!
Gott fähret auf mit Jauchzen und der Herr mit heller Posaunen. Lobsinget, lobsinget Gott, lobsinget, lobsinget unserm Könige.
2. Instruments :
Récitatif au Ténor
Continuo
C’est solennellement que le Très-Haut veut célébrer son triomphe car il tient lui-même les prisons captives. Qui le salue par des cris d’allégresse? Qui sonne de la trompette? Qui marche à ses côtés? N’est-ce point la légion de Dieu, qui chante à haute voix à la gloire de son nom, à son salut, à sa louange, à son royaume, à sa force et à sa puissance et qui fait retentir en son honneur un éternel alléluia?
Es will der Höchste sich ein Siegsgepräng bereiten, da die Gefängnisse er selbst gefangen führt. Wer jauchzt ihm zu? Wer ists, der die Posaunen rührt? Wer gehet ihm zur Seiten?
Ist es nicht Gottes Heer, das seines Namens Ehr, Heil, Preis, Reich, Kraft und Macht mit lauter Stimme singet und ihm nun ewiglich ein Halleluja bringet.
3. Instruments :
Air de Ténor
Violon I/II à l’unison, Continuo
Oui, mille milliers accompagnent le char pour dire au roi des rois par des chants de louanges qu’il fait fléchir sous lui et le ciel et la terre, et que succombe tout à fait ce qu’il a vaincu.
Ja tausend mal tausend begleiten den Wagen, dem König der Kön’ge lobsingend zu sagen, daß Erde und Himmel sich unter ihm schmiegt und was er bezwungen, nun gänzlich erliegt.
4. Instruments :
Récitatif à la Soprano
Continuo
Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s’assit à la droite de Dieu.
Und der Herr, nachdem er mit ihnen geredet hatte, ward er aufgehaben gen Himmel und sitzet zur rechten Hand Gottes.
5. Instruments :
Air de Soprano
Hautbois I et Violon I à l’unison, Hautbois II et Violon II à l’unison, Viole, Continuo
Voilà que mon Seigneur Jésus a accompli son oeuvre de Sauveur et qu’il prend le chemin du retour auprès de celui qui l’a envoyé. Il boucle le cours du monde, O cieux, ouvrez-vous donc et reprenez-le en votre sein!
Mein Jesus hat nunmehr das Heilandwerk vollendet und nimmt die Wiederkehr zu dem, der ihn gesendet. Er schließt der Erde Lauf, Ihr Himmel, öffnet euch und nehmt ihn wieder auf!
6. Instruments :
Seconde partie
Récitatif à la Basse
Violon I/II, Viole, Continuo
Voici venir le héros des héros, le prince qui inspire terreur à Satan, qui lui-même a fait périr la mort et fait disparaître les flétrissures des péchés et qui a mis en déroute l’armée des ennemis; O forces, rassemblez-vous et rejoignez le vainqueur!
Es kommt der Helden Held, des Satans Fürst und Schrecken, der selbst den Tod gefällt, getilgt der Sünden Flecken, zerstreut der Feinde Hauf; Ihr Kräfte, eilt herbei und holt den Sieger auf.
7. Instruments :
Air de Basse
Trompette, Continuo
C’est lui qui tout seul a foulé au pressoir pour délivrer ceux qui étaient perdus en les rachetant chèrement au prix de ses souffrances, de sa torture et de ses tourments. O trônes, donnez-vous de la peine et ceignez-le de couronnes!
Er ists, der ganz allein die Kelter hat getreten voll Schmerzen, Qual und Pein, Verlorne zu erretten durch einen teuren Kauf.
Ihr Thronen, mühet euch und setzt ihm Kränze auf!
8. Instruments :
Récitatif à l’Alto
Continuo
Le Père céleste lui a désigné un royaume éternel: L’heure est proche à présent où il ceindra la couronne par-delà mille adversités; Je me tiens ici sur le chemin et porte mes regards sur lui, le coeur joyeux.
Der Vater hat ihm ja ein ewig Reich bestimmet: Nun ist die Stunde nah, da er die Krone nimmet vor tausend Ungemach.
Ich stehe hier am Weg und schau ihm freudig nach.
9. Instruments :
Air d’ Alto
Hautbois I/II, Continuo
Je le vois déjà dans mon esprit trôner à la droite de Dieu d’où il frappe ses ennemis pour secourir ses serviteurs accablés de désespoir, de détresse et d’ignominie; Je me tiens ici sur le chemin et porte mes regards sur lui, plein de ferveur.
Ich sehe schon im Geist, wie er zu Gottes Rechten auf seine Feinde schmeißt, zu helfen seinen Knechten aus Jammer, Not und Schmach. Ich stehe hier am Weg und schau ihm sehnlich nach.
10. Instruments :
Récitatif à la Soprano
Continuo
Il veut qu’auprès de lui j’établisse ma demeure afin que pour l’éternité je demeure à ses côtés, délivré de mes souffrances lamentables. Je me tiens ici sur le chemin et voici que je m’écrie, plein de reconnaissance:
Er will mir neben sich die Wohnung zubereiten, damit ich ewiglich Ihm stehe an der Seiten, befreit von Weh und Ach! Ich stehe hier am Weg und ruf ihm dankbar nach.
11. Instruments :
Choral final
Trompette I/II et Hautbois I/II et Violon I avec Soprano, Trompette III et Violon II avecAlto, Viole avec Tenore, Continuo
O prince de la vie, Seigneur Jésus-Christ, toi qui as été reçu dans les cieux, où séjourne ton Père et la communauté des justes, comment apprécier à sa juste valeur la grande victoire que tu as remportée au prix d’une rude guerre et comment te rendre assez honneur? Entraîne-nous vers toi, et nous viendrons en courant, donne-nous les ailes de la foi! Aide-nous à nous échapper loin d’ici sur les collines d’Israël. O mon Dieu! Quand pourrai-je donc me rendre là où je pourrai être heureux pour l’éternité? Quand serai-je face à toi pour voir ton visage?
Du Lebensfürst, Herr Jesu Christ, der du bist aufgenommen gen Himmel, da dein Vater ist und die Gemein der Frommen, wie soll ich deinen großen Sieg, den du durch einen schweren Krieg erworben hast, recht preisen und dir g’nug Ehr erweisen? Zieh uns dir nach, so laufen wir, gib uns des Glaubens Flügel! Hilf, daß wir fliehen weit von hier auf Israelis Hügel! Mein Gott! wenn fahr ich doch dahin, woselbst ich ewig fröhlich bin? Wenn werd ich vor dir stehen, dein Angesicht zu sehen?